Le président nord-coréen Kim Jong et le dirigeant sud-coréen Moon Jae-in se sont retrouvés ce vendredi 27 avril sur la ligne de démarcation militaire qui sépare la péninsule. Alors que les deux pays sont toujours officiellement en guerre, les deux dirigeants ont débuté leur sommet à Panmunjeom par une poignée de main historique et symbolique. En franchissant cette fameuse DMZ (zone démilitarisée ou demilitarized zone), Kim Jong-Un devient le premier président nord-coréen à fouler le sol du sud depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953) il y a 65 ans. Il a déclaré être "submergé par l'émotion".

Une "nouvelle histoire" commence

Ce matin, les deux dirigeants ont offert des images incroyables aux journalistes.

Tout sourire et main dans la main, Moon Jae-in et Kim Jong-un ont échangé quelques paroles. "Je suis heureux de vous rencontré", a ainsi lancé le président de la Corée du sud, après avoir rejoint son homologue sur le sol nord-coréen. Les deux anciens ennemis ont marché côte à côte pour se rendre à la Maison de la paix située dans le village de Panmunjom. Cette rencontre officielle entre les deux dirigeants, retransmise sur un écran géant depuis la mairie de Séoul, est la troisième du genre après les deux réunions intercoréennes à Pyongyang en 2000, puis en 2007.

Dénucléarisation et paix

Dans un premier temps, les deux leaders entameront le dialogue sur la question du nucléaire. Il y a quelques jours de cela, Pyongyang avait annoncé l'arrêt des essais nucléaires [VIDEO] et des tirs balistiques de son côté.

Le régime a déclaré vouloir développer une nouvelle ligne politique pour "établir une économie socialiste moderne et indépendante". Une annonce qui a été félicitée par Donald Trump [VIDEO] en personne, qui estime que cette décision exemplaire est "une très bonne nouvelle pour le monde et un grand progrès pour la Corée du Nord".

Ce sommet de Panmunjeom pourrait marqué le début d'un traité de "paix permanente" et mettre fin à la guerre qui oppose les deux voisins. Cette rencontre inespérée représente une lueur d'espoir pour les relations diplomatiques entre Moon Jae-in et Kim Jong-un. En effet, elle est l'illustration supplémentaire de l'impressionnante détente qui s'est faite ressentir dans la péninsule, depuis que Kim Jong-un a annoncé que son pays participerait aux Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang le 1er janvier dernier. Les deux dirigeants planteront, avant la séance de l'après-midi, un pin symbolisant "la paix et la prospérité".

Trump-Kim, le sommet des ego

Ce sommet historique entre la Corée du Sud et la Corée du Nord est une première étape avant la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un prévue entre fin mai et début juin.

Très attendu, ce tête-à-tête entre les deux chefs d'Etat sera évidemment scruté par le monde entier. Alors pour que tout soit parfait, il ne faut rien laisser au hasard. En priorité, il faut régler une question logistique de taille : où aura lieu cette rencontre ? Paranoïaque et pointilleux sur sa sécurité, Kim Jong-un devra franchir les frontières de son pays pour la deuxième fois depuis son arrivée au pouvoir pour se rendre dans un pays neutre. En effet, Trump ne pourra pas pour l'instant fouler le sol de Pyongyang, car les deux pays sont encore techniquement en guerre.

Après des mois de tension, entre menaces apocalyptiques et insultes personnelles, le président américain a accepté de se rencontrer le dictateur nord-coréen. Chose qu'avait refusé auparavant les précédents chef d'Etat des Etats-Unis. Après avoir exigé de la Corée du Nord qu'elle renonce à ses armes nucléaires, Donald Trump réclame un dénucléarisation totale, vérifiable et irréversible.