Il était 13h30 à San Bruno en Californie (22h30 à Paris) ce mardi 03 Avril lorsqu'une femme de 37 ans a fait feu à l'intérieur du siège de YouTube [VIDEO], blessant trois personnes par balles, avant de se donner la mort. Les faits se sont produits dans la zone où déjeunent les employés du géant de la vidéo sur Internet. "Une femme a fait irruption (...) et a semblé tirer sur une personne en particulier", a déclaré un témoin sur l'antenne de CNN. Il ne s'agit donc pas d'une Attaque de masse comme les Etats-Unis en connaissent régulièrement, surtout au sein des établissements scolaires.

Une employée de Youtube a raconté de son côté avoir croisé l'assaillante juste avant le drame.

Habillée en noir et vêtue d'une casquette, "elle marchait tranquillement" avant de sortir une arme de son sac et commencer à tirer deux séries d'une dizaine de coups de feu.

Immédiatement, la société Google, à qui appartient YouTube, a demandé aux employés de ce secteur de la Silicon Valley de se tenir le plus loin possible du site pendant les opérations des policiers dépêchés rapidement sur place. Quant au président Trump [VIDEO], il a utilisé le réseau social Twitter, comme il le fait habituellement, pour assurer les victimes de son soutien et féliciter la police pour son travail de sécurisation des lieux après le drame.

L’assaillante s'est donnée la mort

Ed Barberini, le chef de la Police de San Bruno, a donné une conférence de presse en fin de journée pour communiquer les premiers éléments de l'enquête.

L'auteure de l'attaque se nommait Nasim Aghdam, et allait avoir 38 ans cette semaine. Elle s'est suicidée par balles sur les lieux de son forfait juste après avoir touché les trois personnes, qui ont ensuite été conduites à l'hôpital. Une quatrième s'est blessée à la cheville en s'enfuyant.

D'après les premières constatations, Nasim Aghdam était très présente sur les réseaux sociaux, allant de Facebook à Instagram en passant par Twitter et... YouTube, où elle publiait régulièrement des vidéos visionnées par plusieurs milliers de personnes, ce qui lui permettait d'engranger des revenus. Elle s'y filmait elle-même et abordait différents thèmes en s'adressant à sa communauté, allant de l'actualité générale à la mode en passant par la protection animale.

Mais le 20 Février dernier a marqué un tournant dans l'histoire de YouTube.

En effet, la société a décidé de revoir sa grille de rémunérations, en excluant certaines vidéos de son système de paiement, afin d'éviter la recrudescence de contenus extrémistes. Certaines publications de Nasim Aghdam auraient été ainsi, selon ses propres termes rapportés par ses proches, "censurées", la privant d'une partie de ses revenus. "Les dictatures existent dans tous les pays mais avec des tactiques différentes. (...) Est-ce que l'Iran est mieux que les USA ou les USA mieux que l'Iran ?", avait-elle déclaré récemment pour s'indigner de la nouvelle politique mise en place par le site de vidéos en ligne. Elle accusait également YouTube de ne pas rémunérer ses vidéastes de manière équitable et terminait par une citation d'Adolf Hitler.

Mardi soir, quelques heures après le drame, le père de l'assaillante déclarait que sa fille avait exprimé sa colère envers le site Internet de plus en plus violemment ces derniers jours, allant même jusqu'à affirmer que "YouTube avait gâché sa vie". Elle vivait avec sa grand-mère non loin de là, à San Diego, et avait disparu depuis samedi dernier. Au cours du week-end, la police de Mountain View l'avait trouvée endormie dans sa voiture près des locaux de YouTube, sans se douter de la suite des événements...