2

C'est à 35 km au sud-ouest de la capitale du Guatemala que le Volcan de Fuego, traduit le volcan du feu, s'est mis à cracher une pluie de cendre importante. Hier soir, le porte parole des secours a fait état d'un bilan d'au moins 25 morts et déplore un nombre de personnes disparues indéterminé. La roche fondue a atteint les villages voisins et un des sites les plus touristiques du pays, la cité coloniale d'Antigua, a lui aussi été touché par la catastrophe naturelle. Environ 3 000 personnes ont été évacuées pour leur sécurité et l'aéroport international du Guatemala est fermé en raison des cendres volcaniques présentes dans le ciel.

Le Volcan de feu est un volcan gris, c'est à dire qu'il s'agit d'un volcan explosif qui contrairement aux volcans rouges émettent majoritairement des cendres volcaniques.

Les cendres volcaniques ont une surface abrasives pouvant causer des irritations de la peau et des voies respiratoires. Ces particules peuvent rester pendant des années dans la haute atmosphère. Les volcans gris peuvent produire de la lave pâteuse.

Une éruption impressionnante et terrifiante

Le Volcan de Fuego est haut de 3 763 mètres et les colonnes de cendres provoquées par le volcan montaient au delà de 2 200 mètres au dessus du cratère d'après les estimations de l'Institut de volcanologie. De nombreuses images capturés par des amateurs attestent de la violence de l'éruption et montrent des routes couvertes de cendres, des habitants qui tentent de s'enfuir recouverts de boue ou encore des personnes secourues à moitié couvertes de cendres.

Les secouristes sont partis dès l'aube de ce lundi 4 juin, à la recherche de survivants.

Des salariés de l'aéroport et des membres de l'armée tentent de déblayer les routes afin de permettre la reprise du trafic routier et aérien. Après l'éruption du volcan, la pluie intense s'est mélangée aux cendres créant ainsi une substance dangereuse pour les voies respiratoires, qui pollue les terres et cours d'eau du pays.

Une réactivation du volcan probable

Le volcan avait déjà fait éruption le 31 janvier 2018 et avait expulsé des flux de lave jusqu'à 500 mètres au dessus de son cratère. Auparavant, l'éruption du volcan en 2012 avait entraîné une évacuation massive de quelque 10 000 personnes. La catastrophe a fait une vingtaine de blessés et touché à divers degrés 1,7 millions de personnes mais n'est peut être pas finie car même si l'éruption a pris fin dimanche avant 17 heures, l'Institut de volcanologie estime qu'il existe une probabilité de réactivation.

L'alerte rouge a été lancée dans les départements de Escuintla (Sud), Sacatepequez (Sud-Ouest) et Chimaltenango (Ouest) et le reste du pays est en alerte orange.

Le président du Guatemala, Jymmy Morales a été appelé par les présidents du Mexique, de l'Honduras et du Salvador qui lui ont présenté leur condoléances et ont aussi proposé leur aide. Le Volcan du feu n'est pas le seul volcan encore actif du Guatemala, puisque ce pays se méfie également du Pacaya et le Santiaguito.