Suite à l'entretien entre Emmanuel Macron et Donald Trump ce samedi, l'Elysée a indiqué que Paris et Washington étaient sur la même longueur d'onde sur de nombreux sujets de tensions. Le président français a ainsi confirmé, entre autres, sa volonté d'amener l'Europe à prendre en main sa défense par une contribution plus active au financement de l'OTAN.

Il faut dire que dès son arrivée à Paris vendredi, le président américain avait donné la tendance, exigeant que les ambitions d'Emmanuel Macron pour une armée européenne s'accompagnaient d'un partage plus équilibré des soutiens apportés au maintien des forces de l'OTAN.

Publicité
Publicité

Une exigence qui aura été largement partagée par le chef d'Etat français dès le début de leur entrevue débutée à 11h et achevée à 14h après un déjeuner avec leurs épouses Brigitte et Melania.

Vers une Europe plus autonome militairement

Dans sa vision d'une Europe plus forte, Emmanuel Macron souhaite que les pays européens prennent "davantage la part du fardeau commun au sein de l'Otan", en charge de leur sécurité.

Publicité

Mardi dernier, le président français avait d'ailleurs remis sur la table la nécessité pour l'Union européenne de constituer sa propre armée pour se mettre à l'abri des éventuelles velléités de la Russie ou de la Chine, mais également des humeurs changeantes des Etats-Unis.

Washington contribue à l'heure actuelle pour 70% du budget de l'Otan, tandis que Paris y est engagé à hauteur de 10% : Donald Trump a donc marqué, de manière forte, sa volonté d'alléger l'apport financier américain dans la défense du vieux continent, tout en évoquant son souhait que l'Europe en sorte plus renforcé.

Sourires légers et poignées de main courtes, les deux hommes ont tenté de sonner l'apaisement afin de calmer le jeu des tensions.

Des éclaircissements sur l'affaire Khashoggi attendus

En effet, entre le nucléaire iranien et des relations commerciales très tendues, plusieurs sujets de discorde restent sur la table entre l'Elysée et la Maison Blanche. Le chef d'Etat français avait dit regretter en mai la décision de Trump de rétablir les sanctions économiques sur Téhéran, en même temps qu'il insistait auprès de son homologue sur les conséquences non négligeables que la guerre commerciale pourrait avoir sur chacune des parties.

Toutefois, l'Elysée indique que sur l'embarrassant dossier du meurtre du journaliste Khashoggi, Emmanuel Macron et Donald Trump affichent une volonté partagée de voir rapidement la lumière être faite. La conduite à tenir vis-à-vis de l'Arabie Saoudite pointée du doigt dans cette affaire, le président français entend bien l'acter au regard des conclusions produites par les enquêtes. Une décision singulièrement en marge du boycott voulu par l'Allemagne.

Publicité

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite