Le PURS (peuple unis pour la rénovation sociale), présent lors du dernier scrutin présidentiel, vise un nouveau challenge. Son premier secrétaire en la personne de Serge Espoir Matomba (SEM), muni de ses arguments, se définit comme le leader de cette formation. En effet, le candidat proclamé vainqueur avec une majorité écrasante par le Conseil Constitutionnel, fut le président Paul Biya. Le PURS, malgré tout, est de nouveau dans la course pour les futures échéances politiques.

Publicité
Publicité

Jeune premier dans cet assemblage politique, le Petit Poucet parmi ces candidats, vise dorénavant les élections législatives, municipales et régionales. À cet effet, Serge Espoir Matomba, lance son opération 300 Maires et 100 députés. Après avoir perdu contre l'actuel chef de l'État du Cameroun, SEM préfère se projeter vers l'avenir.

Reconnaissant qu'il a reçu une offre du professeur Maurice Kamto du MRC, SEM a préféré opter pour une vision différente.

Le candidat du PURS Serge Espoir Matomba (c) Matomba
Le candidat du PURS Serge Espoir Matomba (c) Matomba

Ladite offre pour ce candidat lui remémore certains aspects aux regains de sournoiseries selon lui. Cet aspect selon le candidat du PURS sous-entend une probable montée de l'anarchisme populaire. Selon ce jeune leader, il aurait demandé à de nombreux interlocuteurs comment aborder la situation électorale et post-électorale. Toutefois, cette préoccupation n'a hélas reçu aucune réponse.

Le PURS ou cette grande envie de rénovation

Entouré par une équipe jeune et dynamique, le candidat du PURS dans son optique d'atteindre toutes les couches sociales, promet un avenir serein.

Publicité

Habitué à fonctionner dans un milieu jeune, SEM espère une collaboration équitable avec toutes les couches sociétales. De prime abord, il mettra sur pied de nouvelles prérogatives en relation avec son l'idéologie. Dans ce même clivage de rénovation, SEM prie les partis d'opposition de continuer le combat en s'armant pour les prochaines échéances politiques.

Présent sur les réseaux sociaux, le premier secrétaire du PURS s'insurge contre toute revendication illégitime.

Il invite néanmoins le professeur Maurice Kamto et les autres leaders de l'opposition à se joindre à lui pour une union républicaine. Ceci dans le but d'atteindre et d'appréhender les réformes administratives utiles pour un code électoral consensuel et libre. La préparation des élections législatives, régionales et municipales doit être le principal but de l'opposition.

Les prochaines échéances politiques doivent être notre leitmotiv

Déjà en avant face aux visées républicaines pour les futurs challenges, SEM convie ses militants à plus de contributions et d'engagements.

Publicité

Le premier secrétaire du PURS propose de travailler pour la campagne 300 maires et 100 députés en 2019. Cette initiative passera manifestement par une inscription massive sur les listes électorales. En effet, un grand vide a été constaté lors de ce processus électoral. Le Cameroun comptant sensiblement 25 millions d'habitants, n'a pu avoir que 6 millions d'inscrits et approximativement 3 millions de participants.

Étant un partisan de la non-violence, SEM trouve irresponsable pour les partis d'opposition de devoir livrer le peuple camerounais dans certaines voies chaotiques.

Publicité

De ce fait, il en appelle massivement à une union responsable de toute l’opposition autour de lui. En outre, il qualifie ce chantier comme une pierre angulaire de la nation dont l'union devrait apporter un changement mutuel. Par ailleurs, en toute conformité, SEM prône une élection libre et responsable loin de diviser le peuple. "Celle-ci au contraire servira à renforcer son système démocratique et étatique lors des prochains scrutins", a terminé SEM dans son communiqué. On se rappelle que le 12 novembre 2017, le PURS lançait un appel à la jeunesse et à l'opposition, afin que les mairies et l'Assemblée nationale soient prises d'assaut. Et ce, à travers son opération 300 maires et 100 députés. Dans cette configuration, le parti a indexé les jeunes de 23 ans et plus à y participer. Appelant ceux-ci à pouvoir devenir des futurs conseillers municipaux, des maires, ou encore des futurs députés de la nation.

Lire la suite et regardez la vidéo