Le Cameroun, qui vit actuellement une grande mutation dans ses institutions, se voit une fois de plus honoré par ses enseignants. En effet, le 13 Novembre 2018, le chef de l'État Paul Biya, a ordonné l'emploi de 2000 docteurs de l'enseignement supérieur. Face à cette ordonnance, le ministre de l'enseignement supérieur (Minesup), Jacques Fame Ndongo, a donné une conférence de presse au sujet de ce système académique.

Publicité
Publicité

Elle s'est déroulée le 14 novembre 2018, au ministère de l'enseignement supérieur, en présence du ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakary.

Les articulations ont notamment porté sur la nécessité d'avoir de nouveaux enseignants pour les universités camerounaises. Le Minesup a momentanément déroulé les différentes procédures nécessaires aux futurs postulants dans ce cheminement administratif. Cependant, les préposés à cette fonction devront être les meilleurs de leurs promotions et remplir les différents critères sollicités.

Le ministre de l'enseignement supérieur et le ministre de la communication (c) Odile pahai
Le ministre de l'enseignement supérieur et le ministre de la communication (c) Odile pahai

"Cette distinction est optimisée dans de cadre d'une valorisation de l'assurance qualité et expérience. L'âge limite des postulants sera fixé à 45 ans. Les titulaires de masters pourront succinctement postuler, en fonction des recteurs où des responsables des universités dans lesquelles ils feront leurs demandes. Ceux de la diaspora quant à eux, pourront parallèlement déposer leurs candidatures, via le site web du ministère de l'enseignement supérieur", a terminé le ministre.

Publicité

Une ordonnance au préalable des enseignements

Durant cet échange avec les journalistes, le Minesup a émis la responsabilité de la commission qui ira siéger lors du dépôt des dossiers. Celle-ci pourra avoir l'autorisation des recteurs lors de l'examen des dossiers, et ce avant la mise en service des demandeurs. Par ailleurs, le Minesup a rappelé que les mesures du chef de l'État sont de plusieurs ordres. Cette affiliation a simultanément été citée comme mesure pré-requise, en lien avec l'attribution aux enseignants, d'une prime de modernisation de la recherche universitaire.

Cependant, l'offre d'une prime d'excellence pour les meilleurs étudiants des universités sera prise en compte.

Dans le domaine culturel, il sera créé un festival universitaire des arts et de la culture. En outre, des dons d'ordinateurs de marque PB Hev ont été effectués dans les universités publiques et privées du Cameroun.

Le Cameroun offre de nouvelles opportunités à son système éducatif

Il sera mis sur pied un programme d'appui à la composante technologique et professionnelle de l'enseignement supérieur (PRO-ACTP). Il est à rappeler que durant l'année 2018, il y a eu la création de plusieurs instituts universitaires au Cameroun.

Publicité

Il s'agit de l'école normale supérieure de l'enseignement technique (Enset) d'Ebolowa (au Sud), ou encore de l'école normale supérieure de Bertoua (à l'Est). D'autres instituts ont également pu voir le jour comme la faculté de médecine des sciences pharmaceutiques de Garoua, et l'école nationale supérieure polytechnique de Bamenda et de Maroua.

Ces réformes comprennent des statistiques allant de 400 000 étudiants encadrés par 4000 enseignants. Toutefois, la construction, l'équipement et la mise en opération du centre national de gestion du réseau d'interconnexion des universités se poursuivent. Il a été mis en production par le câble WACS, d'une capacité de 5121 Gbps.

Publicité

Ce procédé est actuellement utilisé pour la mutualisation de la gestion des scolarités. Face à cette ordonnance du chef de l'État, le système éducatif de l'enseignement supérieur aura dorénavant une nouvelle façade d'envergure internationale.

Lire la suite