Publicité
Publicité

Le Cameroun a connu un véritable rebondissement administratif ces dernières heures. En effet, le vendredi 4 janvier 2019, dans les environs de 17h, un communiqué est lu au poste national de la CRTV fm 94. L'attention de tous est retenue lorsqu'on prononce le nom du nouveau premier ministre (PM), chef du gouvernement, Mr Joseph Dion Nguté. Pas plus qu'une surprise pour les citoyens camerounais, cela avait plutôt ressemblé à un ouf de soulagement. Il s'agissait en effet du décret N°2019/001 du 4 janvier 2019, portant nomination d'un PM chef du gouvernement.

Publicité

Ce réaménagement ministériel était très attendu depuis la prestation de serment du chef de l'État Paul Biya, le 6 Novembre 2018.

Les spéculations sont allées bon train en cette journée nominative, jusqu'au "breaking news" du 20 heures et 30 minutes. Le célèbre journaliste camerounais Alain Belibi, a recommencé en direct à dérouler la suite de la liste. Ils étaient en tout et pour tout au nombre de 20 au total. A ce moment, c'est l'effervescence et la joie dans les familles de ces nouveaux dirigeants.

Les reporters affrétés pour la cause ont minutieusement fait le tour de chaque domicile, afin de recueillir les premières impressions et l'ambiance tenante. Par ailleurs, après ces 20 nominations, le reste du gouvernement reste inchangé selon les prédictions du chef de l'État. C'est par exemple le cas du Mr Mounouna Foutsou (en charge du Minjec), de Mme Madeleine Tchuente (en charge du Minresi), ou en encore de Mr Atanga Nji (en charge du Minat). L'installation officielle de ce nouveau gouvernement va se faire le lundi 7 janvier 2019.

Publicité

Une assurance gouvernementale pour le Cameroun

Les noms ont manifestement commencé à être cités durant ce semi-changement, et ce malgré le fait que certains visages soient connus du public. Ils apparaîtront dorénavant comme les nouveaux pions dans cet échiquier étatique. C'est par exemple le cas de Mr Manaouda Malachie qui a la charge du ministère de la Santé publique, ou de Mr Wataka Bolvine, ministre délégué à la présidence de la République. Les défis pour le ministère de la santé publique, seront d'une grande importance avec l'avènement de la couverture santé, de la carte de sécurité sociale, ou encore de l'éradication des médicaments de la rue.

Mme Courtes née Célestine Ketcha (Maire de Banganté), et Mme Kilo Viviane Asheri, sont respectivement ministre de l'Habitat et du développement urbain et ministre auprès du Minedub.

Ces deux valeureuses dames sont donc les deux femmes promues du gouvernement qui vient de voir le jour, preuve que le chef de l'État tient à la parité gouvernementale. Mr Achille Bassileken III, occupant autrefois le poste d'enseignant à l'ESSTIC, est en charge du ministère des PME, de l'économie sociale et de l'artisanat.

Publicité

Mr Dodo Ndonke Gabriel, Mr Ghogomu Paul Mingo, et Mr Njoya Zakariou sont quant à eux, au Minmidt, ministre chargé de mission à la présidence de la République et enfin ministre délégué auprès du Mintrans. Le Minedub, celui du Mindcaf et celui du Minader, ont également été légués à Mr Laurent Serge Etoundi Ngoa, Mr Henri Eyebe Ayissi et Mr Gabriel Mbairobé.

Une mutation nécessaire au chef de l'État

Les représentants du gouvernement pour les futures opportunités du Cameroun, sont déjà sur la sellette des défis ponctuels. Certes la CAN 2019 a subi un "glissement" de date (de l'initiative de la CAF) comme l'a observé le président de la République lors de son dernier discours, les travaux relatifs à cette compétition seront livrés. Le Minsep ayant cette charge est à présent dirigé par le professeur Mouelle Kombi. L'ex Minsep Pierre Ismaël Bidoung Mpkwatt est dorénavant le nouveau Minac.

L'ancien directeur de la Sonara Mr Ibrahim Talba Malla devient ministre délégué à la présidence de la République en charge des Marchés publics. Le Minesup de son côté, compte à présent un ministre d'État en la personne de Jacques Fame Ndongo. Ancien Mincom, Mr Issa Tchiroma Bakary va au Minefop, en laissant le siège à Mr Emmanuel René Sadi. La grande surprise de ce réaménagement a été celle de l'entrée de Me Jean de Dieu Momo, président du PADDEC et ancien opposant, qui a la charge d'être ministre délégué auprès du Minjustice garde des sceaux. Le septennat des grandes opportunités peut enfin démarrer.