Les coupures d'énergie électriques sont devenues de plus en plus récurrentes dans la ville de Yaoundé au Cameroun. Oubliées il y'a quelques années des populations de la cité capitale, un incident malencontreux (un incendie) l'aura fait ressurgir. Cela s'est déroulé le 7 août dernier au niveau du quartier Melen. L'incendie à endommagé les transformateurs et le matériel électrique, ce qui a plongé une partie de la ville de Yaoundé dans le noir. Cela a aussitôt endommagé les installations techniques du poste électrique de l'ancienne brigade de renseignements géologiques et miniers (BRGM).

La sortie du Gouvernement camerounais ne s'est pas faite attendre avec plusieurs réunions d'urgences et un point de presse organisé au Ministère de la Communication. Durant cette communication d'urgence, le MINEE (Ministre de l'eau et de l'énergie) Gaston Eloundou Essomba et les directeurs de la Socatrel et d'Eneo, ont rassurés les habitants de la cité capitale. Ceci aux vues d'un retour à la normale de cette denrée très essentielle à l'économie et au quotidien de ces derniers.

Le centre ville demeure hors réseau

Plusieurs quartiers étant touchés, les coupures sont pour la plupart variables avec des heures indiquées par un planning instauré par l'entreprise privée de distribution ENEO. Le grand hic reste par ailleurs le centre ville de Yaoundé. En effet dès les premiers jours, les coupures n'ont pas respectées ce planning et ce lieu névralgique de commerces, d'hôtels, d'équipements et d'immeubles d'habitations ont subis 5 jours en continu dans le noir.

Que s'est-il passé pour que ce programme ne soit pas respecté? Aucun acteur de ce milieu n'a pu avoir de réponse. Certains sont restés perplexes face aux dégâts et pertes enregistrées jusqu'à ce jour. "Je suis un commerçant du marché central depuis 16 ans, jamais je n'ai eu autant pertes que pendant ces 10 jours. J'ai un magasin de vente d'équipements électroniques et électriques. Ma femme dirige la gestion d'un secrétariat avec 3 employées ou nous avons 6 ordinateurs que nous utilisons pour internet. Actuellement nous avons des pertes qui s'élèvent à plus de 2 millions de FCFA qui va nous les rembourser?" S'est plaint un commerçant du marché central au comble du désespoir.

ENEO assure permettre un retour normal de l'électricité

Les habitants des immeubles d'habitations de cette zone sinistrée ont dû jeter les denrées alimentaires afin d'éviter le pourrissement. Le seul jour de répit à été le 16 août 2019, ou l'énergie électrique est revenu dans les environs de 8 h pour repartir autour de 22 h. Par ailleurs, certains habitants des quartiers tels que Mvog-ada, Essos, Mbankolo ou Tsinga ont assurés ne pas avoir ces irrégularités.

Le planning instauré par ENEO fait état de partage d'énergie électrique par quartiers de la ville a des heures différentes.

Elle permet ainsi la rotation de la fourniture d'électricité au poste source défectueux. Toutefois, les cellules qui doivent remplacer celles endommagées sont entrain d'être remplacées au poste de la BRGM sis à Melen. Elles sont arrivées le 13 août dans la capitale et le ministre en charge de l'eau et de l'électricité à promis un rétablissement effectif dans les 7 prochains jours. L'État d'avancement des travaux est publié chaque selon l'évolution des travaux.

En ce jour du 19 août 2019, le MINEE et les responsables du transport et du partage de l'électricité sont eux-mêmes descends sur le terrain afin de jauger l'état des travaux. Les habitants et les commerçants du centre ville quant à eux espèrent un retour à la normale pour la reprise de leurs activités.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite