Le manque d'énergie est devenu récurrent dans la ville de Yaoundé. En effet, plusieurs quartiers de la cité capitale sont victimes de délestages à répétition. Ce constat s'est avéré être une gageure systémique dans de nombreux quartiers de la ville aux sept collines. Selon certaines sources, un incendie serait survenue sur le poste électrique du BRGM (nom de l'ancienne Brigade de Renseignements Géologiques et Miniers), située au quartier Melen.

Il serait peu probable que cet incident ait causé un déficit de 60 MW dans toute la cité capitale. Par ailleurs, selon une sortie du gouvernement, le Ministre de l'Eau et de l'Energie Gaston Eloundou Essomba semble avoir prescrit des mesures d'urgence au concessionnaire en charge d'alimenter la ville en électricité ENEO (Energy of Cameroon S.A.).

ENEO serait au four et au moulin pour que l'énergie puisse devenir stable selon certains employés de cette entreprise.

Energy of Cameroon S.A. assure avoir déjà réalisé 80% de ses travaux tout en rassurant les populations que les travaux sont sur le point d'être achevés. D'ailleurs certains quartiers tels que Melen, Mini-ferme, Carrefour Scalom, Emia entre autres sont déjà rétablis. Toutefois, selon un communiqué fait le 10 août 2019 par cette entreprise, un plan de rotation de la fourniture mise en place s'étendra en diminuant progressivement jusqu'a la fin du mois d'août.

De coupures qui endommagent la vie des habitants de Yaoundé

Parallèlement, les habitants et les commerçants du Centre ville se disent vraiment déçus de vivre ce délestage qui n'en finit pas et qui ne leur permet pas de poursuivre leurs activités économiques. "Nous sommes déçus du comportement de ENEO au Centre Ville. Nous vivons de nos commerces et sommes obligés depuis 4 jours de fermer nos magasins. J'ai déjà fait une perte de 535.000 francs FCA depuis qu'il n'y a pas d'énergie au Centre ville. J'ai un magasin de vente de portables et de dépannage. Tout mes techniciens sont au chômage et ont des familles à nourrir. Qui va nous rembourser ces pertes? Nous n'avons pas de moyen d'avoir des Groupes électrogènes et sommes livrés à nous même", s'est ainsi exprimé un commerçant travaillant dans cette zone ou les coupures sont récurrentes.

Il se pourrait que les experts des réseaux ENEO travaillent d'arrache-pied pour le rétablissement de la lumière dans tous les quartiers de la ville de Yaoundé. La mise en service d'un poste de transformateur BRGM est prévu pour un délai de 7 jours et ce depuis le week-end dernier.

ENEO assure pouvoir rétablir l'électricité

Le Cameroun qui est en pleine expansion économique assure par ailleurs vouloir mettre sur pied des mesures d'accompagnement nécessaires au développement de ses énergies.

De ce fait, ENEO a annoncé (le 8 août 2019) la signature d'une convention avec un consortium de plusieurs développeurs. Il s'agit de Scatec Solar, d'Izuba Energy et de Sphinx Energy. Cet accord prévoit la construction de deux centrales photovoltaïques d'une capacité de 25MWc ceci dans les régions de l'Extrême-Nord (10MWc) et du Nord (15MWc) du Cameroun .

Ces centrales selon ENEO vont annuellement fournir une énergie électrique de 46GWh (avec un coût de 14 milliards de francs CFA).

Les coupures dans la ville de Yaoundé qui ont déjà endommagé le quotidien de certains habitants demeure malgré tout un grand problème. Ceci dans la conservation de certaines denrées alimentaires ou la gestion de l'électricité pour les commerçants et les hommes d'affaires. Ces derniers espèrent un retour à la normale pour poursuivre leurs activités.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite