Après un succès retentissant du Grand Dialogue National (GDN) au Cameroun , le Chef de l'État Paul Biya s'envole pour la France pour participer à la 6e conférence de Reconstitution des Fonds du Fonds Mondial. Elle va se dérouler dans la ville de Lyon en France le 9 et 10 octobre 2019. À cet effet, la ville de Lyon a signé la charte "Métropole sans Sida" le 7 octobre 2019. Les chefs d'État, les Prix Nobel et les donateurs privés sont attendus.

Le Président de la République du Cameroun et la première dame seront ensuite reçus par le Président Français Emmanuel Macron. Ce voyage augure l'établissement de vastes chantiers dans le domaine si prisé par la santé. Elle a pour but d'empêcher 234 millions d'infections durant les 3 prochaines années, ce qui aura pour effet de sauver 16 millions de vies dans le monde.

En effet, il s'agit de trouver des solutions pérennes pour aider à éradiquer 3 maladies que sont le VIH/Sida, le Paludisme et la Tuberculose. La présence du Chef de l'État à cette conférence, place le Cameroun parmi les pays d'Afrique qui mènent un combat récurrent pour la lutte contre ces 3 fléaux.

Par ailleurs, la participation du Cameroun se loge dans une optique de financement national selon les conditions différenciées de la politique PTC. Celle-ci consiste à plaider pour le maintien des Fonds catalytiques, à participer aux discussions sur les orientations de la lutte et influencer les politiques de décisions au niveau global pour mieux s'adapter à ce contexte financier. Ce sera un signal fort qui démontrera l'engagement qu'a le Cameroun à se positionner dans la politique globale d'éradication de ces 3 maladies.

Une conférence qui vise des objectifs de développement

Toutefois, le Cameroun a toujours une prévalence de VIH de type généralisé soit de 3,6% qui demeure l'une des plus élevées d'Afrique de l'Ouest et du Centre. Ces statistiques positionnent ces pics très significatifs au sein des populations clés (20% chez HSH et 26% chez les TS) ainsi que chez les jeunes et adolescents et les filles.

D'où l'action permanente de des ONG telles que Affirmative Action et CS4ME qui sont en permanence sur le terrain pour recenser et aider les patients déjà atteints par ces maladies.

En effet, ces deux ONG permettent aux patients d'avoir un suivi régulier et actionnent régulièrement des campagnes de sensibilisation et de prévention à travers tout le territoire national. Parallèlement, la co-infection Tuberculose-VIH demeure très élevée dans ce cheminement et se situe initialement à 40%.

Le FM comme modèle d'acquisition et de prévention

Le cas du Paludisme représente également 40% des décès chez les enfants de moins de 5 ans dans cette marge consultative.

La présence du Cameroun va notamment permettre de reconnaître l'appui du Fonds Mondial depuis 2003 pour son soutien permanent avec une valeur globale de 315.327.841.225 milliards de FCFA. Ceci à travers 19 subventions reçues (8 pour le Sida, 7 pour le Paludisme et 4 pour la Tuberculose). La participation du pays des Lions Indomptables est aussi inscrite dans cette optique de prendre part aux discussions en matière de politique globale pour la pérennité, la transition et le co-financement du Fond (PTC).

Il est à rappeler que 30% des sommes allouées par le FM sous forme "d'encouragement au co-financement" sont accessibles moyennant des financements nationaux.

De ce fait, le FM souhaite utiliser son influence et ses ressources pour attirer les investissements nationaux en faveur d'activer le processus d'éradication de ces 3 maladies. C'est ainsi que le financement du Plan Stratégique National de Lutte contre le Sida 2018-2022 représente simultanément à lui seul 626.420.398 Euros à mobiliser. Ceci dans un contexte de crises internes telles que la crise anglophone ou encore celle de la secte islamique Boko Haram. Sur ce, me FM appelle l'État du Cameroun à concrétiser son engagement de co-financement d'une valeur de 73.344.618 Euros soit 20% des sommes allouées jusqu'à ce jour.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite