Le phénomène d'inondations est de plus en plus récurrent au Cameroun. Bon nombres de régions sont touchées par cette déferlante qui cause beaucoup de dégâts. La région de l'Etrême-Nord, précisément dans l'arrondissement du Mayo-Danay, vit de nombreuses inondations dues aux pluies diluviennes de la saison des pluies.

Etant en partie une zone à caractère inondable, cette région n'en est pas à sa première pénétration des eaux de ruissellement. Les populations qui pour la plupart n'ont pas de grands revenus financiers vivent quelquefois dans la précarité, donc ne peuvent pas se prémunir d'infrastructures de prévention.

Traversé par le Logone et le chari, ces zones depuis le mois de juillet 2020, subissent de nombreux envahissements des eaux de pluies.

Le Mayo-Danay englué dans les eaux de ruissellement

Les communautés présentes essaient tant bien que mal de se protéger mais la nature reprend le dessus avec ces pluies interminables. Certaines maisons construites en argiles et en pailles se voient ainsi être détruites. Les réserves dans les greniers détruits également. Le bétail et les cultures sont toutes englouties par les eaux.

Certains ponts, routes et sentiers ont également été détruits lors des inondations survenues dans plusieurs villages de ce grand arrondissement. Les communautés se disent bloquées, abandonnées et à la merci des épidémies.

Le Mayo-Danay souffre ainsi de l'abandon des autorités administratives, de l'abandon de certaines élites qui tardent à se signaler et du manque de moyens financiers pour aider les sinistrés avec les outils de survie et de première nécessité.

"Les populations victimes des inondations dans le Mayo-Danay sont toujours à la belle étoile.

Aucune solidarité de la part du Gouvernement de la République".A-t-on pu lire du journaliste Adolarc Lamissia, originaire de cette région. Celui-ci a d'ailleurs créé une pétition (en direction de la présidence de la République ce 25 août 2020) sur "Avaaz" afin de décrier cet abandon qui selon lui est flagrant.

L'aide tant attendue des autorités tarde à arriver depuis ces inondations

Rappelons que le ministre de l'Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, s'est rendu ce 24 août 2020, dans la région du Littoral dans l'optique de venir en aide aux sinistrés des inondations qui ont sévit dans les villes de Douala et d'Edéa. Il a par la suite conduit un don du chef de l'Etat S.E Paul Biya. En effet, le 21 août 2020, ces deux villes ont quasiment été envahie par les eaux dans plusieurs quartiers en causant de nombreux dégâts.

Les réseaux sociaux aidant, de nombreuses images affichant ces pluies dévastatrices, ont circulé sur le net en causant l'indignation des populations. Est-ce à dire que le Mayo-Danay aurait dû se livrer à ce même combat ?

Aujourd'hui, les populations de l'Extrême-Nord sont livrées à elles-mêmes et dorment à la belle étoile. Toutefois, les ressortissants Massa (de Yagoua) vivant dans les environs de la ville de Yaoundé (Capitale du Cameroun); ont initié une quête et des dons pour apporter de l'aide à leurs concitoyens affectés de l'Extrême-Nord.

La somme collectée pour l'instant avoisine les 1.000.000 de FCFA. Jusqu'à ce jour, une délégation interministérielle est toujours attendue, depuis l'évaluation des dégâts par la préfecture. Les populations réclament aujourd'hui la construction de la digue et la route promise par le Président de la République en 2012. Les revendications tournent également autour de l'achèvement des travaux de la route Maroua-Kousseri, et celui de l'attente d'un audit indépendant des travaux effectués par le PULCI (Projet d'urgence de lutte contre les inondations) dans le Mayo Danay.

Ne manquez pas notre page Facebook!