Le FENDA (Festival National Ndop, Dérivés et Accessoires) est prévu du 17 au 21 novembre 2020 à Bafoussam (dans la région de l'Ouest du Cameroun). Bien encré dans la culture locale, l'usage bien connu du "Ndop" (Tissu royal traditionnel et local) est très apprécié, mais surtout respecté. Ce festival tient sans nul doute à mettre en exergue les particularités de cette expression artistique et culturelle venue des Hauts plateaux des Grassfields.

Durant cette pléiade de présentations créatives, il sera question d'assister à des conférences/débats, des Concours Miss et Mister, à un défilé de mode, des expositions ventes, des spectacles, des formations, des expositions artistiques et des projections vidéo.

Ce festival est organisé par Flaure Bénie Tchinkou, Architecte Urbaniste et amoureuse de la culture de son pays.

Un festival à la hauteur de la promotion des valeurs du patrimoine national

"Mon intérêt pour la culture nait quand je commence ma formation en Architecture et Urbanisme. Parlant spécifiquement du festival Ndop, tout est parti de ma rencontre avec l’italienne Martha Ccolque, Fondatrice et Directrice artistique de la maison Martha Ccolque, en novembre 2019 à la Chefferie supérieure Batoufam. Alors qu’elle faisait des shootings avec son équipe, elle avait été 'insolentée' par un jeune compatriote qui l’a traitée d’espionne.

C’est alors qu’elle va essayer de m’expliquer que son travail concourt plutôt à valoriser et non à dégrader la culture comme on pourrait le penser. Je me décide alors de lui faire une interview qui permettrait d’éclairer les sceptiques sur sa présence dans cette cour royale pour les séances de shooting. Pendant le processus, à la question de savoir pourquoi l’usage du Ndop dans ses créations, elle me dira : 'Je choisis le Ndop parce que c’est un tissu royale et emblématique, unique et particulier en Afrique.

Quand je regarde le Ndop et sa symbolique, je dis que ceux qui pensent ou qui croient que l’histoire des africains est orale se trompent. Le Ndop est tout un livre, un vrai support de communication, car aucun motif de ce tissu n’est anodin ; chaque symbole est un message. C’est pourquoi j’utilise le Ndop dans mes créations uniquement pour des tenues royales et je ne permettrai jamais qu’il soit désacralisé" a expliqué Flaure Bénie Tchinkou, promotrice de l'évènement.

Cette dernière assure par ailleurs qu'elle a pensé au FENDA comme à un évènement qui permettra de valoriser le Ndop, tout en œuvrant pour la sauvegarde des techniques de production, en vue de la pérennisation de ce riche patrimoine ancestral, devenu élément du patrimoine culturel immatériel du Cameroun depuis le 21 février 2020.

Le FENDA entre cultures et traditions

Cette autre promotrice culturelle précise qu’il ne s’agit pas d’une manifestion qui prône uniquement la culture de la région de l’Ouest, mais plutôt la culture des peuples des Grassfields du Cameroun (Ouest, Nord-Ouest, une partie du Sud-Ouest et du Littoral). Cet évènement est ouvert à toutes les aires culturelles du Cameroun.

Le Ndop étant devenu un patrimoine national, c'est une fierté identitaire des Camerounais et même des Africains.

La première édition du Fenda va se dérouler sous le thème : « Ndop et Culture Grassfield ». "Nous voulons à travers cet évènement procéder à une décolonisation mentale de ceux qui croient ou pensent que notre culture est idolâtrie et que le bonheur se trouve uniquement chez les autres. Les Africains en général et les Camerounais en particulier ont besoin de faire un recours à la source pour puiser les éléments positifs de nos us et coutumes pour construire un monde nouveau. L’éveil des consciences est un impératif", a-t-elle fini.

Ne manquez pas notre page Facebook!