Jean-Baptiste Essissima, web entrepreneur d'origine Camerounaise et résidant au Canada, est promoteur de plusieurs plateformes toutes orientées vers l'Afrique. Il est en effet le concepteur de plusieurs applications en ligne dont la particularité de chacune converge inexorablement vers le continent mère.

On peut notamment citer Netiwooki, qui est un réseau social africain (sur Appstore et Playstore), Afritubes (plateforme de partage vidéos afro, équivalent à YouTube), où encore Schoolmobile (plateforme de révision en ligne pour les élèves du secondaire en Afrique francophone). La liste se complète avec Harambii (plateforme de financement participatif afro pour soutenir les projets, causes et évènements communautaires) et Go Africa Tv, (webtv de promotion des initiatives et des acteurs de la diaspora africaine).

"Mon premier contact avec l’Internet s’est fait en 1998. L’internet faisait ses premiers pas au Cameroun, et dans beaucoup d’autres pays en Afrique subsaharienne", décrit-il à Blasting News.

"Un ami qui avait ouvert un cybercafé m’avait alors proposé de travailler avec lui parce que je maitrisais l’outil informatique, et j’avais déjà bien compris comment fonctionnait l’internet. Il s'agissait tout simplement d'appliquer la création d’adresses électroniques, la navigation, ou encore la recherche. Des services que les clients sollicitaient. C’est à partir de là que j’ai été piqué par le virus du numérique. Et depuis lors, je n’ai pas arrêté de me former dans les différents métiers de l’internet", dit-il.

Jean-Baptiste Essissima, l'innovation prolifique

Selon les dires de ce web entrepreneur, l'innovation sur Internet, n’a pas de monopole. Il continue en affirmant que chacun serait libre de lancer un produit ou service, ou même une plateforme. Ce pourquoi il s'est lui-même lancé dans cette initiative de promotion d'applications tournées prioritairement vers l'Afrique et sa diaspora.

"C’est le modèle d’Affaire derrière qui est important et différencie un produit d’un autre. Si j’ai lancé Netiwooki, c’est parce qu’il y'avait une grande demande de la communauté afro qui voulait un réseau social plus proche de leurs réalités. Netiwooki, est la réponse par rapport à cette requête...", poursuit ce dernier.

En parlant d'effet communautaire relié principalement vers le berceau de l'humanité, Jean-Baptiste Essissima répond en indiquant que le communautarisme n’est nullement la haine de l’autre, mais plutôt le fait de penser à l’épanouissement de sa communauté. Selon lui, les autres communautés le font chaque jour, devant les yeux de tous et ce même dans d'autres continents. Pour ce passionné du numérique, cela n'a jamais causé de problèmes au vu de l'innovation de certains pays ou le monde du digital tient une grande place. "Un lycée français dans un pays africain, est un établissement communautariste. Le communautarisme en soi n’est pas une mauvaise chose", dit-il.

Le digital comme mode de développement en Afrique

Le numérique étant une plateforme qui nécessite de gros moyens financiers, Jean-Baptiste Essissima affirme avoir des ressources nécessaires pour gérer l'ensemble de ses projets. Il clame par ailleurs qu'il a décidé de lancer la plateforme Afritubes, afin de permettre aux africains et afro-descendants d’avoir une plateforme d’expression libre et aux artistes et créateurs de contenus vidéos, une plateforme de monétisation de leurs œuvres. Toutefois, l'entrepreneur web estime que si l’activité génère un trafic énorme, ce serait une opportunité et une aubaine pour faire une levée de fonds afin de renforcer les capacités de ses entreprises et de satisfaire leurs utilisations par la qualité de leurs services.

Pour l'instant, Jean-Baptiste Essissima et son équipe utilisent beaucoup plus les outils de marketing en ligne pour mieux faire connaitre son réseau social afro Netiwooki. Cependant, on compte également des utilisateurs qui ont compris le pourquoi de ce réseau social, qui invitent leurs amis à les rejoindre. L'entreprenariat africain passe ainsi par le digital à travers les innovations de ces jeunes inventeurs et promoteurs tels que ce créateur web, venu du Cameroun en Afrique Centrale.

Ne manquez pas notre page Facebook!