Edouard Philippe assume, encore une fois. Le premier ministre, en exercice depuis le 15 mai 2017, se révèle être le meilleur choix politique qu'a pu faire le président Macron depuis son élection. Portrait et analyse.

Edouard Philippe, le "miraculé"

Tel est le surnom qu'on lui donne dans les couloirs de l'Assemblée. Edouard Philippe, en exercice depuis 9 mois maintenant, n'était pas destiné à entrer à Matignon. Membre fondateur de l'UMP en 2002, il est élu maire du Havre en 2010, puis député de Seine maritime en 2012.

Il était à la tête de la communauté de l'agglomération havraise depuis 2014. Porte-parole d'Alain Juppé en 2016 lors de sa candidature à la primaire présidentielle Les républicains, il soutient Fillon après sa victoire à la primaire mais se met en retrait puis quitte l'équipe de campagne dès la sortie du Penelope Gate.

Connu et reconnu comme un des députés les moins actifs de la XIV législature, il est pourtant choisi par Emmanuel Macron au lendemain de son élection à la présidentielle de 2017 pour occupé le poste de Premier ministre.

"Je décide, il exécute"

Dès lors, chacun endossera un rôle bien défini à la tête de l'exécutif. Le président jupitérien Macron explique, à la veille du discours de politique générale de Philippe, sa vision de l'exercice du pouvoir. Nous rappelant ainsi au président Jacques Chirac qui avait dit sèchement de Sarkozy, son premier ministre d'alors: "je décide, il exécute". Une manière de couper court à toute velléité ou initiative de sa part.

Macron utilise son premier ministre comme bouclier pour toutes ses décisions qui pourraient être impopulaires. Ces deux derniers mois, E. Philippe doit assumer et incarner l'autorité de l'Etat. La sécurité routière [VIDEO]et le passage au 80 km/h? c'est lui.

L'annonce de la fin du projet NDDL? c'est lui aussi. Le président tranche, Edouard Philippe monte au créneau et tente de déminer (parfois). On dirait qu'il n'a rien à perdre, à part des points dans les sondages : tandis que la cote de Macron ne cesse de progresser, celle de Philippe commence à s'éroder.

"Gouverner, c'est choisir"

Alors quel est l'intérêt de Philippe dans cette répartition des rôles? Le premier ministre n'aurait il été choisi que pour être le fusible de Macron? ou avons nous enfin à la tête de notre pays un couple exécutif qui aura compris que le président décide, que le premier ministre agit et assume les conséquences de ses décisions sans faiblir? La réforme du code du travail et la loi sur l'immigration, hier NNDL aujourd'hui Fessenheim: Edouard Philippe travaille et avance en regardant vers l'avant sous le feu des critiques de l'opposition et de son propre camp. Les Français semblent enfin sensibles aux actions et aux choix du gouvernement et sembleraient enclin à les encourager.

Les chantiers de toutes les réformes engagées est immense. Macron peut lui être reconnaissant de ne nourrir aucunes ambitions présidentielles (pour l'instant) ce qui leur donne une liberté de parole et d'actions si précieuse quand on sait que certains y pensaient tous les matins en se rasant.