Avec Steve Bannon, ancien directeur de campagne de Trump, comme invité vedette, avec la vidéo qui montre le responsable en charge de la jeunesse du Front National, Davy Rodriguez, proférer des paroles injurieuses ("nègre de merde") à un videur noir d’une boîte de nuit, la fête a été un peu gâchée. Davy Rodriguez a été suspendu et Marine Le Pen a diligenté une enquête au sein de son mouvement. Allons à l’essentiel. Marine Le Pen a fait un discours long pendant lequel elle ne renie rien, ni les thèmes traditionnels du Front National (immigration, sécurité, reconduite à la frontière, souveraineté nationale) version Jean-Marie Le Pen, ni la nouveauté mariniste (alliance, création d’un parti de gouvernement, volonté d’exister dans le paysage politique français comme parti d’alternance).

Explication du changement de nom du FN au RN

En changeant le nom du Front National créé par Jean-Marie Le Pen, sa fille, Marine, met en lumière et assume le parricide politique.

Jean-Marie Le Pen, Président d’honneur du Front National, reconnu comme tel par la justice, est obligé de constater, arme verbale et bagage politique à la main, que sa carrière politique est bel et bien terminée avec la création du Rassemblement National qui fait disparaître dans ses statuts le principe du Président d’honneur. En créant le Rassemblement National, Marine Le Pen ne sort pas de la république et épouse les pas du Général De Gaulle qui en son temps avait créé le RPF, Rassemblement du peuple français. Jacques Chirac et Pasqua ont créé le RPR, Rassemblement pour la République. Marine Le Pen, en créant le Rassemblement National, emprunte largement à l’intelligence de Phillipot, créateur des Patriotes, le nouveau nom de son parti. Marine Le Pen a tenu un discours dans lequel les problématiques du chômage et des retraites n’ont pas du tout été évoquées.

Échaudée peut-être par sa mauvaise prestation lors du débat avec Macron au cours de la campagne électorale, elle n’a pas voulu se lancer sur ces sujets.

Rassemblement national : pour quelle stratégie politique et pour quelles alliances ?

L’idéologie politique du rassemblement national ne pose pas de problème de compréhension. Le Rassemblement National est bien l’ancien Front National mais avec de nouveaux habits. Voilà pour l’idéologie qui ne change pas, même si Marine Le Pen essaie de mêler l’idéologie traditionnelle du Front National et celle, plus moderne, du Rassemblement Bleu Marine. Enfin le mot « National » n’a pas disparu et pour Marine Le Pen, cette non-disparition a une valeur symbolique et stratégique. C’est bien là le problème, le Front National veut prendre un nouveau départ et il faut s’interroger sur sa stratégie politique. Marine Le Pen souhaite, à l’image de ce qu’il se passe en Italie, en Autriche et en Allemagne, mais surtout en Italie, montrer que c’est un parti capable de passer des alliances avec des partis qui se trouvent sur sa droite.

En France, ce sont les LR de Wauquiez [VIDEO]qui refusent toute alliance avec le Front National, même si l’ancien député de la Drôme, Marini, pense qu’il faut établir un pont entre LR et le Front National. Pour Wauquiez (mais peut-on lui faire confiance car il est tellement changeant et imprévisible), les choses sont claires : pas d’alliance avec le Front National. Pour Debout la France de Dupont Aignan, l’alliance avec Marine Le Pen est tout à fait acceptable comme en 2017 au cours de l’élection présidentielle. Il faut quand même rappeler que Marine Le Pen est arrivée deuxième au premier tour de l’élection présidentielle et que 11 millions de personnes ont voté pour elle. Le problème de Marine Le Pen sera d’apparaître comme crédible et capable de conduire le Rassemblement National vers une victoire électorale. Mais avec qui ? Certains pensent que Marine Le Pen est démonétisée politiquement et que sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen ferait mieux l’affaire. Il reste à Marine Le Pen et au Rassemblement National de conduire la stratégie des alliances avec les partis LR et Debout la France dont le premier (LR) dit ne rien négocier et surtout rien avec le Front National. Le nom du Font National a disparu, mais le Rassemblement National garde intact le catalogue idéologique et quelques fois les pratiques du Front National. Marine le Pen a en tout cas en ligne de mire les élections européennes de 2019.