La mort par la faute d'un policier blanc de Georges Floyd, afro-américain, a créé une émotion dans le monde entier. Il y a eu des amalgames qui ont été faits entre racisme et violences policières. Aux Etats Unis, c’est le cas mais il faut raison garder car tous les policiers américains blancs ne sont pas racistes. Les images ont montré que des policiers blancs pouvaient être en empathie avec la victime Georges Floyd en mettant un genou à terre. Partout dans le monde des dirigeants importants, comme le Premier ministre canadien Trudeau, Angela Merkel la chancelière allemande ou le Premier ministre anglais Boris Johnson, ont montré leur empathie en dénonçant le racisme.

Des pays comme le Japon, considéré comme un pays homogène de par sa population, a vu émergé des manifestations de protestation contre le racisme.

En France, assez paradoxalement, le président Macron reste silencieux, même si le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur sont intervenus en demandant une tolérance zéro pour la police, pour le ministre de l’Intérieur et la nécessité du respect mutuel entre la police et la population. En France, la République ne tolère pas le racisme institutionnel mais ne peut empêcher le racisme quotidien dans le vie de tous les jours.

Les raisons du silence du président Macron

Le président Macron appartient à une génération née dans les années 1970, pour lequel le racisme est un impensé politique, à la différence des vieux routiers de la politique française qui, derrière le discours pour la cohésion sociale et du vivre-ensemble, utilisent les discriminations en cours dans la société française pour se faire réélire en opposant de façon subtile les Français entre eux.

La police française, en tant qu'institution républicaine, ne peut se permettre d’être raciste car la Constitution ne l’y autorise pas. En revanche, on rencontre dans la police des cas avérés de racisme, c’est à dire d’une volonté de mise à l’écart d’une partie de la population française qui n’aurait pas la peau blanche.

Ce phénomène est amplifié lors des arrestations par la police des noirs français ou maghrébins. Certains policiers utilisent des mots insultants comme "nègres" ou "bougnoules". Il faut rappeler que le mot "nègre" signifie noir et que c’est le mot historique utilisé. Il est devenu injurieux pour introduire une domination des blancs vis à vis des noirs au moment de l’esclavage.

Le mot "bougnoule", pour ceux qui sont férus d’histoire, était utilisé par les Allemands pour désigner les Français de petite taille dans les tranchées pendant la guerre 14/18, Au moment de la guerre d’Algérie, les Français ont appliqué ce mot aux Algériens qui se déplaçaient rapidement dans la Casbah.

Face à tous ces éléments, le président Macron reste quasiment désemparé et envoie au front son ministre de l’Intérieur et son Premier ministre.

Le vrai racisme en France, ce sont les discriminations subjectives et objectives

Le vrai racisme, c’est la séparation des populations, comme on a pu le voir pendant l’apartheid en Afrique du Sud ou pendant la traite des noirs. En France, les populations vivent ensemble, se marient entre elles, mais, assez paradoxalement, des discriminations fortes existent à l’endroit des populations dites allogènes et non blanches.

Même si la notion de race n’existe pas, car seule la race humaine est réelle, le phénotype est un marqueur de traitement différent des individus pour l’accès à un logement, à un emploi ou à une fonction politique.

La France, pays des lumières, a toujours mis l’accent sur des notions de liberté, d’égalité et de fraternité. Avec ses anciennes colonies d’Afrique et d’Asie, le principe d’assimilation, c’est à dire de la construction d’une citoyenneté, a toujours été considéré comme le point focal et l’horizon pour une citoyenneté française. Sauf que dans la réalité, les faits sont différents. A la télévision, nous pouvons voir très peu de noirs et de maghrébins, même quand ils sont très compétents professionnellement, c’est aussi le cas dans les métiers d’encadrement en entreprise.

Dans notre société, nous n'aimons pas la compétition objective, fondée sur des réelles compétences. Nous connaissons tous autour de nous des personnes qui ont été discriminées à cause de leur couleur de peau ou de leur nom d’origine étrangère, même après de solides études à Sciences Po Paris dont ils sont sortis diplômés. Ces personnes s’exprimant sans accent, ont dû, malheureusement faire de la manutention pendant 10 ans avant de trouver un boulot acceptable dans l’éducation nationale en passant des concours. Ces personnes étrangères, nées en Afrique, dans une colonie française, étaient françaises avant l’indépendance de leur pays. Voici en France comment fonctionnent les discriminations subjectives et objectives.

Suivez la page Emmanuel Macron
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!