La vague de migrants qui traverse le Mexique pour les Etats-Unis est le signe précurseur d'une inondation d'immigrants qui se dévoile peu à peu. Comme les eaux déchaînées trouvent toujours leur passage, on se demande si les Etats-Unis peuvent réellement stopper cette migration des masses qui fonce sur leur territoire.

Pourquoi cet exode des Honduriens vers les Etats-Unis ?

Le Honduras est l'un des pays les plus pauvres du globe, où la violence a atteint son paroxysme avec une moyenne de 7172 homicides volontaires par an.

La mafia prospère au mépris des lois, et la corruption asphyxie de plus en plus le peuple. Cette mafia, expression du crime organisé, se renforce par l'arrivée constante des gangsters chassés de la Californie vers leur pays d'origine.

Ces derniers expérimentent la seule activité qu'ils connaissent : la vente de drogue, soutenue par toutes formes de violences pour conquérir les territoires en établissant la terreur. Cette atmosphère de guerre civile, couplée à une forte précarité, pousse les populations à faire massivement le choix de l'immigration. [VIDEO]

Les caravanes se succèdent

La progression de la première caravane a suscité l'engouement d'autres migrants. Un deuxième contingent a franchi la frontière fluviale pour accéder au Mexique. D'autres caravanes suivront certainement. Le modèle de migration en caravane traduit la volonté des masses d'exprimer leur malaise, mais aussi leur détermination à concrétiser leur rêve. Cela leur procure une sécurité, et une grande visibilité qui les classe parmi les priorités des ONG des zones traversées.

Ainsi, ils bénéficient de l'hébergement, des moyens de transport, d'un entretien vestimentaire, sanitaire et nutritif. Ce réconfort dans le voyage est un minimum qui renforce la marée qui se dirige à la frontière américaine.

Le barrage américain est-il assez fort pour une rétention totale des caravanes ?

Malgré ses efforts pour contrer l'entrée des migrants [VIDEO]dans son territoire, le Mexique demeure le passage privilégié des migrants en direction des Etats-Unis. Ses citoyens sont les premiers sur la liste des immigrés de la sous-région au pays du président Trump. Ce dernier dispose de plus de 5000 soldats à la frontière commune au Mexique. Il promet un dispositif plus soudé afin de ne laisser aucune chance aux migrants. Ce barrage peut-il fermer hermétiquement la frontière la plus utilisée au monde ? Elle s'étend sur plus de 3200 kilomètres, ce qui malgré le dispositif américain rend la tâche difficile face à ces masses surexcitées. Quelle que soit la puissance du barrage américain, il est difficile d'affirmer qu'il pourra contenir cette marée haute. Peut-être qu'une bonne coopération entre ces pays sur la question de l'immigration apporterait des réponses capables d'atténuer cet ardent désir pour l'exode.