Le pilote de 'Killing Eve' s'ouvre sur une femme brune, que l'on nous présentera bientôt sous le nom de Villanelle (Jodie Comer), assise seule dans un magasin de glace à Vienne. Dégustant un bol de pépites de chocolat à la menthe, elle établit un contact visuel avec une jeune fille assise en face d'elle et lance un concours de regards. Au début, tout cela semble innocent. Villanelle fait un sourire sournois à la jeune fille et celle-ci lui rend son sourire. Mais lorsque Villanelle se lève pour quitter le magasin, elle s'arrête à la table de la jeune fille et, sans dire un mot, renverse sa tasse de glace sur sa chemise.

Alors que la jeune fille et sa mère crient en signe de protestation, Villanelle passe la porte en souriant, complètement indifférente. Cette scène, qui constitue la toute première ouverture à froid de la série, est une délicieuse introduction à l'un des deux personnages principaux.

Attention cet article contient des spoilers.

Sociopathe et antihéro

Villanelle prend un immense plaisir à vivre les petits moments de cruauté de la vie. Non seulement elle est une tueuse à gages hautement qualifiée, mais elle prend aussi plaisir à l'acte de meurtre. Contrairement aux personnages similaires de différentes séries qui abordent souvent leur travail déshonorant sans émotion, Villanelle savoure clairement chaque instant.

De plus, elle fait tout cela avec style. Une habituée des grandes maisons parisiennes avec une addiction pour le shopping très bien définie, Villanelle rebondit sur ses destinations internationales en se couvrant de la mode des créateurs les plus en vogue. Et elle ne le fait pas non plus pour attirer l'attention.

Mais le plus fascinant chez Villanelle n'est pas le plaisir qu'elle prend à tuer ou son impeccable placard de couture. C'est plutôt sa seule faiblesse : l'amour des autres Femmes. Alors que la plupart de ses actes suggèrent qu'elle est une sociopathe sans conscience, son amour pour Eve (Sandra Oh) nous renvoie à une autre histoire.

Même quand elle a su que c'était le travail d'Eve de la traduire en justice dès la première saison, Villanelle n'a pas pu s'empêcher de garder l'agent du M16 dans les parages. Villanelle a eu de nombreuses occasions de sortir avec Eve, mais elle a toujours semblé plus intéressée à surprendre Eve avec des cadeaux coûteux - même s'ils sont parfois dangereux.

L'amour, un remède ou une arme?

Pourtant, la série ne cherche pas à faire de Villanelle un personnage particulièrement sympathique. Après tout, elle massacre des gens pour gagner sa vie. Alors que son maître-chien, Konstantin, tente d'avertir Eve lorsque les deux se croisent cette saison, rien de bon n'est arrivé aux personnes que Villanelle aime le plus.

Être l'objet de l'affection de Villanelle, c'est la définition même du jeu avec le feu. Face aux émotions potentiellement volatiles d'un tueur sociopathe, l'amour peut, littéralement, tuer. Mais le fait que l'amour soit la seule chose qui puisse dompter les instincts les plus basiques de Villanelle est significatif.

Le fait qu'il s'agisse d'un amour saphique l'est encore plus, d'autant plus que Villanelle n'a pas du tout honte de son attirance pour le même sexe. Comme l'ont déjà souligné de nombreux fans de la série, le jeu du chat et de la souris à caractère sexuel qui existe entre Villanelle et Eve est l'une des séries les plus appréciées de "Killing Eve".

Bien que les deux n'aient pas encore eu le moment romantique attendu, la deuxième saison se conclut par un énorme développement de leur relation : Villanelle pousse enfin Eve à commettre un véritable meurtre avec une hache, rien de moins.

Alors qu'elles s'enfuient ensemble de la scène du crime, Eve est sous le choc de ce qu'elle vient de faire, tandis que Villanelle, une romantique en mal d'amour qui considère un meurtre mutuel comme une occasion clé de se rapprocher, est de la meilleure humeur que nous ayons jamais vue. Une fois qu'ils sont arrivés dans un endroit sûr, Villanelle commence à parler avec enthousiasme de leur futur ensemble ; il est question de faire des dîners romantiques et de déménager en Alaska pour vivre dans une cabane. Elle veut juste qu'on soit "normaux" ensemble et son visage s'illumine lorsqu'elle parle de toutes les possibilités. "J'ai de l'argent, donc tu n'as pas à t'inquiéter de ça", assure-t-elle à Eve.

C'est très réconfortant, d'une manière bizarre et malsaine, surtout que nous n'avons jamais vu Villanelle dans cet état de vertige. Alors, quand Eve sort enfin et nous fait comprendre que le rêve de Villanelle de passer sa vie en cavale, à jouer les Bonnie et Clyde homosexuelles, est exactement cela - un rêve - il n'est pas surprenant que Villanelle soit dévastée. Son humeur passe immédiatement d'une anticipation enfantine à un chagrin d'amour confus, puis, finalement, à une colère furieuse. Elle essaie de convaincre Eve qu'elle l'aime plus que tout, mais la décision d'Eve est prise. La saison 3 de "Killing Eve" est diffusée actuellement, dans laquelle l'actrice française Camile Cottin tient un rôle important décisionnaire.

Réinvention

Tant qu'elle pouvait imaginer un avenir pour elle-même et Eve, Villanelle (au dire de tous, une sociopathe de référence) pouvait aspirer à une vie différente, plus banale.

Cela lui a donné un but et un sens. Aussi impitoyable qu'elle puisse paraître, cette qualité a contribué à élever son personnage de méchante folle d'amour à quelque chose de beaucoup plus compliqué et intéressant. Les derniers moments de ce final ont prouvé que Villanelle était tout à fait prête à abandonner sa vie glamour de tueur à gages pour s'enfuir au milieu de nulle part avec l'amour de sa vie.

Nouveau genre télévisuel

Villanelle est une sociopathe nuancée. Elle est diabolique et indéniablement bien habillée. (Dans "Killing Eve", le Diable porte en effet du Prada.) Bien qu'elle soit cruelle, nous ne sommes pas poussés à haïr. Pour beaucoup, elle est la raison pour laquelle nous la regardons chaque semaine, que ce soit pour voir sa garde-robe impeccable en tulle de Molly Goddard ou pour la voir jouer à un "jeu d'homme" à sa manière, sans détour, féminine (se déguiser semble être une des raisons pour lesquelles elle aime son métier).

Villanelle ne ressemble à aucun autre personnage que j'aie jamais vu et elle marque le début d'une nouvelle ère pour les personnages féminins queer puissants et compliqués à la télévision.

Suivez la page Séries TV
Suivez
Suivez la page Femmes
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!