Sous l'impulsion de Spotify, qui a publiquement demandé que les pratiques anticoncurrentielles d'Apple soient examinées, l'enquête se concentrera sur la question de savoir si les règles de paiement de l'App Store sont équitables. Depuis des années, les développeurs, grands et petits, expriment leurs inquiétudes quant aux règles d'Apple concernant les achats et les abonnements sur l'App Store.

Alors que les développeurs peuvent distribuer leurs applications sur l'App Store gratuitement, Apple exige que les achats et les abonnements à l'intérieur de l'application utilisent ses propres outils de facturation, ce qui exige une réduction de 30 % des revenus.

Le monopole secret d'Apple, son App Store, a une prise d'étranglement sur vos appareils. Les règles d'Apple interdisent également aux développeurs d'envoyer leurs utilisateurs sur un site web pour payer à la place, ce qui permettrait aux entreprises d'utiliser leurs mécanismes de paiement existants et d'éviter la redevance.

L'App Store, un monopole contesté

Des services comme Kindle d'Amazon et Netflix n'utilisent pas les services de paiement d'Apple, ils doivent donc laisser aux utilisateurs le soin de décider comment y accéder - ils ne sont pas autorisés à mentionner l'obligation de s'abonner manuellement en dehors de l'application. La situation est encore plus compliquée pour les entreprises qui sont en concurrence directe avec les services offerts par Apple.

Dans le cas de Spotify, par exemple, si l'entreprise utilisait le système de paiement d'Apple, elle se trouverait en concurrence avec Apple Music tout en étant obligée d'autoriser l'entreprise à prélever une partie de ses revenus lorsqu'elle perd des utilisateurs au profit de Spotify. Au lieu de cela, Spotify a rejoint des sociétés comme Netflix en renonçant aux services de paiement d'Apple.

Les partisans de l'approche d'Apple soutiennent que la société a créé la plateforme App Store de son propre chef, et qu'elle devrait pouvoir faire payer ce qu'elle veut aux autres sociétés pour l'utiliser - ce qui semble juste si l'on considère qu'Apple encourt des coûts pour faire fonctionner la plateforme au départ.

Mais c'est une simplification excessive de ce qui se passe réellement ici, car les nombreuses règles qu'Apple applique rendent la concurrence difficile pour les autres développeurs - surtout lorsqu'Apple est un concurrent direct dans une catégorie donnée, comme c'est le cas pour Apple Music contre Spotify, Apple TV+ contre Netflix, etc. C'est en grande partie ainsi depuis le lancement de l'App Store.

L'absurdité des règles d'Apple a été révélée pour la première fois en 2011, lorsqu'Apple a demandé à Amazon de supprimer un lien vers le magasin en ligne Kindle de l'application Kindle : Amazon gère la plateforme Kindle, qui distribue des livres, crée du matériel physique et gère son magasin - ce dont Apple ne fait pas partie.

Apple a exigé qu'Amazon paie 30% de chaque vente de livre dans son application iOS, alors qu'Amazon a son propre service de paiement et son propre magasin. Amazon pourrait proposer son application en tant que lecteur à part entière, mais il est interdit de mentionner l'existence du magasin sur le web, laissant aux clients le soin de relier les points.

En fin de compte, Amazon a choisi de maintenir l'application Kindle disponible sur iOS, sans offrir aux consommateurs aucun moyen d'acheter des livres électroniques.

L'affaire Hey : App Store dicte sa loi

Ces dernières années, cependant, Apple s'est enhardie à s'attaquer aux revenus qui proviennent de l'extérieur de sa plate-forme. La plateforme de messagerie électronique Hey, créée par l'équipe à l'origine de l'outil de gestion de projet Basecamp, a découvert cela de première main le jour où l'enquête de l'UE a été annoncée.

David Heinemeier Hansson, l'un des créateurs de Hey, a déclaré sur Twitter qu'Apple avait exigé l'utilisation de ses API de paiement pour le service d'abonnement de Hey. Dans une lettre de refus de l'équipe d'évaluation de l'App Store d'Apple, la société indique spécifiquement la page de tarification du site web de Hey et déclare que "les clients doivent pouvoir acheter l'accès aux fonctions ou fonctionnalités de votre application en utilisant l'achat in-app". Pour Hey, le choix sera entre perdre tout client potentiel qui utilise un iPhone - sans doute un nombre gigantesque - ou accepter à contrecœur qu'elle doive renoncer à une grande partie de ses revenus simplement pour exister sur iOS. Ce n'est pas comme si elle pouvait permettre aux utilisateurs de charger l'application de l'extérieur du magasin, étant donné qu'Apple ne le permet pas non plus.

Cet exemple est probablement le plus flagrant, et il explique aussi pourquoi cette affaire est importante : il démontre qu'Apple exige une réduction des revenus provenant des logiciels hors plate-forme et sans rapport avec le service, auxquels elle ne contribue pas de manière significative. Elle montre également que les règles sont appliquées de manière incohérente ; Slack, par exemple, propose un niveau payant pour les clients professionnels, similaire au service d'abonnement de Hey, mais Apple n'exige pas d'achat de ce logiciel dans l'application. Chaque application qui se connecte à un site web payant devrait-elle être soumise aux frais d'Apple ? Cette révélation a conduit une vague de développeurs d'applications à dire qu'ils avaient remarqué qu'Apple avait commencé à pousser cet angle agressivement, exigeant qu'ils ajoutent des achats dans l'application malgré les directives qui s'appliquaient dans le passé, comme dans le cas d'Amazon.

Match Group, le propriétaire de Tinder and Hinge, ainsi qu'Epic Games, la société derrière Fortnite, ont également dénoncé ces pratiques. Pour sa défense, Apple a déclaré que l'enquête "avance des plaintes sans fondement d'une poignée de sociétés qui veulent simplement un tour gratuit, et ne veulent pas jouer selon les mêmes règles que tout le monde". Mais la déclaration d'Apple passe à côté de l'essentiel : ces règles sont fondamentalement injustes et appliquées de manière inégale.

Comment réparer l'App Store

Il existe de nombreux moyens qu'Apple pourrait prendre pour rendre l'App Store plus compétitif. La première, la plus évidente, serait d'autoriser les passerelles de paiement de tiers dans l'App Store, comme l'a fait Google avec Android.

Apple pourrait toujours exiger des développeurs qu'ils paient un pourcentage moins élevé de leurs revenus pour couvrir les coûts, et son propre service de paiement resterait compétitif, car il exige beaucoup moins d'efforts d'ingénierie pour sa mise en œuvre par rapport à une option sur mesure. Dans les cas où Apple est en concurrence dans une catégorie, telle que la musique ou la télévision en continu, elle devrait abaisser la redevance à zéro, ou permettre aux applications de créer des liens vers leurs propres sites web pour éviter la réduction de 30% si elles le souhaitent, afin d'uniformiser les règles du jeu.

Dans certains cas, Apple conclut des accords spéciaux avec des développeurs comme celui-ci ; au début de l'année, Apple a discrètement autorisé Amazon à utiliser ses propres services de paiement pour son application de Streaming vidéo, Prime vidéo, démontrant ainsi que les règles sont appliquées de manière opaque au gré d'Apple.

Une solution encore plus simple consisterait à assouplir les règles qui interdisent aux développeurs d'applications qui n'adoptent pas les outils d'achat intégrés d'Apple de dire aux utilisateurs de s'inscrire sur le web.

Si Apple s'inquiète de la sécurité avec cette approche, elle pourrait interdire les liens directs tout en permettant aux développeurs de mentionner au moins les options extérieures dans le texte. Si, comme Apple l'a fait valoir par le passé, la société estime qu'elle fournit ses services pour un prix trop bas dans ces scénarios - l'espace de stockage et la bande passante du réseau ne sont pas gratuits - elle pourrait demander aux développeurs qui choisissent d'utiliser leur propre passerelle de paiement de payer des frais à l'utilisation, comme le font déjà toutes les plateformes en nuage populaires.

L'App Store est l'une des plus grandes plateformes de l'histoire, avec une portée stupéfiante, ce qui donne à la société un contrôle sans précédent sur n'importe quel secteur d'activité - avec peu de surveillance. Si l'on résume le débat à la question de savoir si les consommateurs bénéficieraient ou non d'un choix plus large de développeurs, cela semble évident : si Apple n'était pas autorisé à exercer un tel contrôle de bout en bout, le prix des applications et des abonnements à l'App Store risquerait de baisser, et les propres outils d'Apple seraient obligés de s'améliorer pour être compétitifs.

L'Union Européenne constate l'abus de position dominante de l'App Store

Si l'Union européenne constate qu'Apple a abusé de sa position dominante à son profit, ce sera un moment décisif pour l'industrie technologique, car des sociétés comme Google et Facebook pourraient se retrouver soumises à un examen similaire.

Ce qu'elle décidera comme étant injuste (si tant est qu'elle le décide) définira la manière dont les plateformes seront construites pour les décennies à venir, et pas seulement pour Apple. Les responsables de ces plateformes devront peut-être surveiller attentivement leurs arrières et prouver qu'ils n'abusent pas constamment de leur position pour leur propre profit. Et franchement, si l'Union européenne obligeait les entreprises technologiques à se livrer une concurrence loyale, nous nous en porterions tous mieux.

Ne manquez pas notre page Facebook!