Mis en examen depuis hier mercredi dans le cadre de l'enquête sur le financement libyen de sa campagne électorale de 2007, Nicolas Sarkozy est également impliqué dans neuf autres dossiers, dont trois ont déjà abouti à un non-lieu. Il y a d'abord la fameuse affaire Bettencourt, où malgré son comportement qualifié d'abusif par les enquêteurs, l'ancien président n'a pas reçu assez de preuves contre lui pour démontrer un abus de faiblesse orchestré contre la riche vieille dame.

De même, l'affaire des pénalités de la campagne de 2012, qu'il aurait du payer lui-même et non pas l'UMP, et celle de ses déplacements en tant que chef d'Etat en jet privé, facturés son ami Stéphane Courbit, ne l'ont jamais inquiété et ont été classées.

Publicité

Les enquêtes toujours en cours

En revanche, Nicolas Sarkozy est mis en examen dans deux autres Affaires, en commençant par celle des comptes de campagne de 2012, dont il a déplacé le plafond de financement tout en étant soupçonné d'avoir établi de fausses factures à la société Bygmalion. Il est également en attente de jugement pour les écoutes téléphoniques qu'il aurait organisées sous le nom de Paul Bismuth en tentant de corrompre le juge Azibert afin d'être informé de renseignements secrets à son sujet.

L'ancien président a par ailleurs été placé sous statut de témoin assisté dans l'affaire Karachi. Là encore, c'est le financement d'une campagne présidentielle, celle d'Edouard Balladur en 1995, qui est concerné. Alors ministre du Budget, Nicolas Sarkozy aurait accordé d'importantes commissions lors de la vente d’armes au Pakistan et à l'Arabie Saoudite pour les reverser sur les comptes de son candidat favori.

L'ex chef de l'Etat est aussi impliqué dans l'arbitrage de l'affaire Tapie, ainsi que dans la vente d'hélicoptères au Kazakhstan aux rétro-commissions étrangement impressionnantes.

Publicité

Enfin, l'immunité présidentielle le protégeait jusqu'ici d'être mis en examen dans l'affaire des sondages de l'Elysée, commandés auprès des sociétés de deux de ses proches conseillers. Mais pour combien de temps ?