Publicité
Publicité

Emmanuel Macron fête depuis le 7 mai sa première année d'accession à l'Elysée, avec en filigrane une ambiance de conflits sociaux, à laquelle il oppose sa volonté inflexible de bouger les lignes et d'enfin reformer la France. Des transformations cruciales dont il dit espérer commencer à voir tomber les fruits d'ici un an.

Il faut dire qu'un an d'Emmanuel Macron, c'est tout d'abord l'histoire d'un président que les Français continuent d'observer. A la différence de ses prédécesseurs, le tout jeune président de la République bénéficie depuis son élection d'une forme de somnolence de l'opinion publique.

Publicité

Et si les tensions sociales sont au plus haut depuis début mars, il jouit encore d'un relatif soutien.

Colère de la fonction publique, grève à la SNCF, défiance de l'Etat à Notre-Dame-des-Landes, blocages des facultés, les conflits n'ont cessé de s'empiler devant le Chef de l'Etat, sans vraiment affecter sa volonté de transformation.

Une action fidèle aux promesses

Dans l'entourage du président, on n'a de cesse de rappeler la cohérence entre les paroles qui ont été avancées et les actes qui sont posées depuis le début de son mandat.

Une qualité qui n'aura visiblement pas échappé aux Français qui estiment à 58% qu'Emmanuel Macron tient bien ses promesses.

En effet, à défaut de l'épineux sujet de Notre-Dame-des-Landes, l'Exécutif n'a pour l'heure reculé sur aucun sujet majeur. Du très plébiscité projet de loi pour la moralisation de la vie publique de François Bayrou jusqu'au très clivant projet de loi Asile et immigration de Gérard Collomb, le fondateur d'En Marche aura manoeuvré pour rester constant, tout en arrondissant les angles.

Publicité

Une incarnation du président qui séduit

D'un autre côté, aucun doute que l'incarnation de la fonction présidentielle par Emmanuel Macron est ce qui marque le plus les Français durant cette première année de mandat. A défaut du couac survenu en juillet dernier avec le général De Villiers, le président Macron a su redonner corps à la fonction et envoyer une image d'autorité et de solennité qui avait manqué à la France.

La France en avant à l'international

De son discours sur le climat à son appel aux Européens, le Chef de l'Etat a redonné de la crédibilité à la France sur la scène internationale.

En revêtant son costume de chef des armées lors des frappes ciblées en Syrie, Emmanuel Macron a réussi à retracer les lignes rouges que la communauté internationale avait abandonné à la Russie et au régime de Bachar.

Et si les résultats ne pointent pas toujours à l'horizon, comme avec la sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien ou l'accord de Paris, le tout jeune président de la République peut au moins se réclamer l'audace de tenter de convaincre. Avec la deuxième année de son mandat qui s'ouvre, ce sont de nouveaux défis qui l'attendent inéluctablement.

Publicité