Publicité
Publicité

Après la passe d'armes virulente qu'il a échangé avec Emmanuel Macron en début de semaine, Jean-Luc Mélenchon a rappelé samedi sa prétention à une opposition révolutionnaire contre le gouvernement... Un discours rugueux qui s'est attaqué à la légitimité du pouvoir exécutif et a posé les Insoumis en seule alternative possible.

Il faut dire que, depuis quelques semaines déjà, le leader de la France insoumise n'a de cesse de s'insurger contre ce qu'il acte comme étant la violence sociale subie par les Français du fait des réformes engagées par l'Exécutif.

Un discours très poignant qu'il oppose de plus en plus aux violences qui ont émaillé la manifestation parisienne du 1er mai [VIDEO] dernier.

Bien sûr, le politicien de 67 ans ne compte pas s'arrêter pas là.

Advertisement

Il s'imagine en effet en meneur d'un vaste mouvement de contestation alliant les forces syndicales, les associations et les politiques de gauche. Objectif affiché, faire reculer, une bonne fois pour toute, les idées de monarque du Chef de l'État, en lui rappelant que le match de l'élection présidentielle n'est pas encore fini.

Macron mal élu, selon Mélenchon

C'est donc vers 15H30, depuis un bus de la France Insoumise, que Jean-Luc Mélenchon s'est adressé aux manifestants pour leur rappeler la vertu du mouvement d'opposition qu'il porte. Le député des Bouches-du-Rhône n'a ainsi pas hésité à tacler au passage l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence.

De son avis, les conditions douteuses qui ont permis au fondateur d'En Marche [VIDEO] d'accéder au pouvoir devraient rappeler à l'Exécutif qu'il ne peut pas faire ce qu'il veut.

Advertisement

Une argumentation de choc qui motive un peu plus son opposition farouche à la politique du gouvernement d'Edouard Philippe.

Mélenchon appelle à une « marée humaine »

Mélenchon a réclamé avec force, durant la manifestation festive, sa réelle proximité avec le peuple français qui souffre. Il a ainsi apporté son indéfectible soutien et ses encouragements aux cheminots, aux hospitaliers, et aux travailleurs de tous les secteurs qui demandent à être entendus par l'Etat. Nul doute que l'élu de Marseille veuille se poser en véritable robin des bois contre un Exécutif qu'il qualifie de tout-puissant et d'autoritaire.

Un vibrant appel a une nouvelle fois été lancé aux Français pour les motiver à déferler dans les rues telle une marée humaine. Le rendez-vous est donné le 26 mai prochain pour savoir si le mot d'ordre aura été suivi.