Publicité
Publicité

Les manifestations du 1er mai ont dégénéré à Paris. Et cela n'a pas été du goût, mais vraiment pas, de Marine Le Pen [VIDEO]. La présidente du Front National a dénoncé les « milices d'extrême gauche », dont elle a réclamé la dissolution, mais aussi une complicité entre la gauche et le pouvoir en place. La finaliste de la dernière élection présidentielle n'était elle pas présente à Paris, ayant choisi Cannes puis Nice pour s'exprimer à l'occasion de la fête du travail. Son père, Jean-Marie Le Pen, était lui de la partie dans la capitale, célébrant, comme de tradition, Jeanne d'Arc sur la place des Pyramides.

Collomb promet des renforts

Laurent Wauquiez [VIDEO] s'est lui exprimé sur Twitter, dénonçant de « terribles images ». Le président du parti Les Républicains analyse même une « faillite de l’État régalien », regrettant le manque de soutien apporté aux forces de l'ordre.

Advertisement

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a tout de même promis que plus de forces de l'ordre seraient mobilisées lors des prochaines manifestations. Toujours à droite, Florian Philippot a tenu à faire part de tout son soutien aux forces de l'ordre dans un message sur son compte Twitter, le président du mouvement Les Patriotes regrettant la passivité du gouvernement.