Le message a le mérite d'être clair. Virginie Calmels n'est plus la bienvenue au sein des Républicains, parti pour lequel elle travaillait il y a encore quelques jours. Ce week-end tout a changé et nous apprenions lundi que la numéro 2 des Républicains ne l'était plus sous l'impulsion de Laurent Wauquiez qui a décidé de la renvoyer. Ce renvoi est dû aux différentes positions que l'ancienne numéro 2 du parti a tenues vis-à-vis du président des Républicains Laurent Wauquiez.

Virginie Calmels : elle n'est plus la bienvenue au siège des Républicains

La situation était déjà tendue entre les deux personnages mais cette dernière s'est particulièrement aggravée depuis la parution du tract "Pour que la France reste la France" que Virginie Calmels avait qualifié de tract "très daté" et "anxiogène".

Publicité

Cette réaction face au tract voulu par Laurent Wauquiez puis une interview accordée sans prévenir ses collaborateurs où elle disait tout son désaccord vis-à-vis de la politique de Laurent Wauquiez ont finit par faire exploser la situation. Lundi matin, Virginie Calmels était remplacée par Jean Leonetti, centriste et qui devient désormais Premier vice-président et vice-président délégué des Républicains.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Bien évidemment, Virginie Calmels a souhaité revenir chercher ses affaires au siège des Républicains.

Quelle surprise quand elle s'est rendu compte que son badge pour accéder au parking avait été désactivé dès le mardi matin. Pire encore, lorsqu'elle a souhaité aller chercher ses affaires dans son ancien bureau, l'ancienne vice-présidente s'est vu refuser son accès par un agent de la sécurité qui lui a affirmé qu'il avait reçu des ordres de la direction. Toutes ses affaires étaient dans un carton à l'entrée où il était sobrement inscrit "V. Calmels". La principale intéressée a répondu sur Twitter que tout cela était véridique.

Publicité

Les Républicains : l'ex-vice présidente reste dans le parti

Suite à ce départ très rapide, Virginie Calmels a affirmé qu'elle retrouvait enfin sa liberté de parole. De plus, l'ancienne jupéiste affirme qu'elle a toujours été de droite et qu'elle restera à droite. C'est du moins ce qu'elle avançait dans un tweet ce publié ce mardi matin suite à sa mésaventure au sein du siège des Républicains.

Elle est même allée plus loin dans ses propos en affirmant qu'elle resterait simple adhérente aux Républicains.

La situation exige cependant que cette dernière se tienne quelque peu en retrait du parti durant un petit moment et Virginie Calmels l'a très bien compris suite à son départ mouvementé. Elle-même l’affirmait dans un tweet : "même en retrait je reste @lesRepublicains".