L'Organisation des Nations unies semble s'intéresser à l'action du gouvernement français dans sa gestion de la crise des gilets jaunes qui sévit depuis le 17 nombre 2019, jour du premier rassemblement. Depuis ce premier samedi, plusieurs centaines de personnes ont été blessées, ont perdu une main ou la vue. L'organisation internationale a demandé à l'état français de mener une enquête approfondie sur "l'usage excessif de la force" de la part des forces de l'ordre à l'encontre des manifestants.

L'ONU s'inquiète pour la France

C'est un coup dur pour le gouvernement Philippe et le président de la République Emmanuel Macron. L'Organisation des Nations unies a demandé à l'état français de mener une "enquête approfondie" suite aux différentes violences qui ont émaillé les différentes manifestations des gilets jaunes. Dans le collimateur de la Haut-Commissaire aux droits de l'homme, ce sont particulièrement les violences policières qui se seraient produites depuis la mi-novembre.

"Nous encourageons le gouvernement (français) à poursuivre le dialogue et demandons urgemment une enquête approfondie sur tous les cas rapportés d'usage excessif de la force" a affirmé Michelle Bachelet, ancienne présidente du Chili et travaillant actuellement au siège des Nations Unies, et ce depuis 6 mois. L'IGPN, la police des polices a été saisie de plus d'une centaine de cas concernant des abus et des violences d'après les manifestants qui auraient été blessés particulièrement par le lanceur de balles de défense, le fameux LBD.

La France répond à l'ONU

Dans la foulée de cette demande, qui ébranle le gouvernement français, son porte-parole, Benjamin Griveaux s'est exprimé à l'issue du Conseil des Ministres de ce mercredi 6 mars 2019. "Evidemment nous suivrons les recommandations avec la diligence nécessaire" a-t-il affirmé devant les nombreux journalistes.

Néanmoins, un détail est grisant pour le porte-parole du gouvernement.

En effet, la France a été citée par Michelle Bachelet entre le Venezuela, le Soudan ou encore Haiïti. "Il faut, je le dis néanmoins, s'étonner tout de même de se retrouver cité dans une liste entre le Venezuela et Haïti où il y a eu des morts, je le rappelle, des morts nombreux, suite à des manifestations", a rappelé Benjamin Griveaux, tout en rappelant que le niveau de développement de la France est l'un des plus élevés selon les indicateurs de l'Organisation des Nations unies.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite