Publicité
Publicité

Emmanuel Macron gagne un point en octobre. Selon le sondage Ispos réalisé pour le magazine Le Point, le président de la République progresse en effet d'une unité par rapport au sondage précédent, réalisé au mois de septembre. Mais le chef de l’État demeure à un niveau très bas, n'émergeant qu'à 26% d'opinions favorables. Un niveau comparable à celui de François Hollande à la même période lors du quinquennat précédent.

Édouard Philippe était lui aussi à 26% durant le mois précédent, mais le Premier ministre a connu un net rebond en ce mois d'octobre, selon Ipsos.

Publicité

L'ancien maire du Havre gagne en effet cinq points et bénéficie donc désormais de 31% d'opinions favorables. Actuellement, le Premier ministre est donc plus populaire, ou plutôt moins impopulaire, que le président de la République. Une configuration qui n'est pas rare dans l'histoire de la Vème République.

Rentrée difficile pour Emmanuel Macron

Le remaniement, intervenu début octobre, ne semble donc pas vraiment avoir profité à Emmanuel Macron, mais plutôt à Édouard Philippe. Il faut dire que le Premier ministre a été au four et au moulin depuis la démission surprise de Gérard Collomb.

Le chef du gouvernement a été obligé d'assumer le poste de ministre de l'Intérieur par intérim, mais a aussi dû défendre devant l'Assemblée nationale le temps pris par l’exécutif pour constituer le nouveau gouvernement.

Actif, présent sur le terrain, Édouard Philippe a donc logiquement gagné des points auprès des Français. Pour Emmanuel Macron, la rentrée a été beaucoup plus difficile avec les départs successifs de Nicolas Hulot, Laura Flessel et Gérard Collomb, mais aussi le retour de l'affaire Benalla.

Publicité

Jean-Luc Mélenchon chute dans les sondages

Emmanuel Macron peut tout de même se targuer d'être plus populaire que Jean-Luc Mélenchon, au moins dans ce sondage Ipsos. En effet, le leader de la France insoumise recule de sept points en ce mois d'octobre et recueille désormais seulement 23% d'opinions favorables. Cela faisait sept ans que l'ancien membre du Parti Socialiste n'avait pas connu un tel niveau d'impopularité.

Les perquisitions intervenues la semaine dernière, et sa vive réaction face à la justice et aux médias, ont évidemment coûté cher à Jean-Luc Mélenchon dans l’opinion.

Tout comme sa remarque déplacée à une journaliste de France 3 concernant son accent, ce qui n'avait pas manqué de créer une vive polémique.