Emmanuel Macron se rend ce vendredi à Souillac dans le département du Lot où il fera face à des élus de tous bords venus des 13 départements de la région Occitanie. Une rencontre qui débutera dès 15 heures, à l'identique de celle organisée à Grand Bourgtheroulde mardi, pour permettre au président de la République d'apporter son avis sur les inquiétudes des Français.

Il faut dire que, trois jours après le lancement de l'exercice, l'attente est toujours aussi forte autour d'Emmanuel Macron de retour sur le devant de la scène !

Publicité
Publicité

Et déjà, dans la paisible cité de Souillac qui l'avait accueilli le 17 février 2017 en tant que candidat à la présidentielle, on attend de pied ferme le désormais président de la République pour prendre acte des difficultés du quotidien.

Un format identique à celui de mardi

Dans le détail de l'échange qu'il aura avec les maires, il est clair que le format ne changera pas par rapport à sa prestation de mardi ! Sans fixer à l'avance une fourchette sur la durée du débat, l'entourage du chef de l'Etat assure tout de même que "tant qu'il y aura des questions, il répondra", pour être sûr que chaque voix, même discordante, puisse être entendue comme il se doit.

Publicité

Pour rappel, la séance était initialement censée s'étaler sur trois heures, mais pour l'ouverture du "Grand débat", elle s'était achevée au beau milieu de la soirée de mardi après un marathon de sept heures de discussions rythmées par une soixantaine d'interventions d'élus locaux entrecoupées par deux longues prises de paroles d'Emmanuel Macron. Bien sûr, pour permettre un débat apaisé, le bourg de 3750 habitants a été placé sous très haute sécurité.

Renouer le dialogue avec les Français

Dans le fond des échanges qu'il aura la charge d'ouvrir, le maire de Souillac, Jean-Michel Sanfourche, devrait aborder la question de la ruralité, mais aussi celles de la justice sociale et fiscale, doublée de la crise de démocratie. Emmanuel Macron pourrait ensuite être interpellé sur le net recul des services publics dans les campagnes, ressenti comme un abandon de l'Etat.

Dans le Lot où tout juste trois communes dépassent les 4000 habitants, le député LR Aurélien Pradié entend que le chef de l'Etat ne puisse pas ignorer la colère et la souffrance des Français.

ISF, RIC, 80 km/h, desserts médicaux, Emmanuel Macron a déjà assuré qu'il tirerait des solutions véritables de ce débat pour nourrir l'acte II de son mandat. Son périple se poursuivra ainsi dans toutes les régions jusqu'au 15 mars, à la rencontre des maires mais aussi des «citoyens».

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite