Dimanche dernier, l'Elysée annonçait l'entrée au gouvernement de nouvelles têtes en remplacement de Nathalie Loiseau, Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi partis battre campagne pour les européennes et les municipales. Auparavant en charge des relations entre le palais et la presse, Sibeth Ndiaye a été propulsée au rang de secrétaire de l'Etat et porte-parole du gouvernement. Une nomination dans laquelle les Insoumis voient une énième « provocation ».

Il faut dire que les réactions de la classe politique ne se sont pas vraiment faites attendre, avec, dès lundi, les responsables politiques qui s'attardaient sur les profils de Sibeth Ndiaye, Amélie de Montchalin et Cédric O, nouveaux entrants de l'équipe gouvernementale menée par Edouard Philippe ! Et c'est sur la proche conseillère d'Emmanuel Macron que les critiques se sont concentrées.

Des vieilles casseroles en embuscade

Proche du chef de l'Etat, la marcheuse de la première heure est pointée du doigt par l'opposition qui décrie les choix de communication de cette dernière qui ont pu heurter par le passé.

En effet, Mme Ndiaye s'est retrouvée mise à la lumière du jour à la suite d'un article du Canard enchaîné qui dévoilait un sms envoyé à un journaliste, à l'annonce du décès de Simone Veil, en 2017. Pour lui confirmer l'information, elle notait ainsi avec froideur : "Yes, la meuf est dead".

Pour les plus marquants, ce sera elle, la première sur Twitter, qui postera la vidéo du président de la République en train d'évoquer le "pognon de dingue" mis par l'Etat dans les aides sociales sans que celles-ci ne produisent des effets positifs.

Une démarche qui visait à préparer le terrain du plan pauvreté porté par l'exécutif. La communicante de l'Élysée ira même, selon un article de L'Express, jusqu'à assumer de pouvoir "mentir" afin de "protéger" Emmanuel Macron.

« Une provocation » pour Adrien Quatenens

Des propos parfaitement ciblés et une prise de position qu'au Rassemblement national on ne trouve pas digne d'une personne censée représenter l'Etat !

Lundi, le porte-parole des ex-frontistes, Stéphane Ravier, affirmait ainsi sur Twitter que la macronie assumait par ce remaniement ministériel d'installer une menteuse professionnelle pour diffuser à profusion des Fake News du gouvernement : plus question donc de se voir rappeler à la morale par la majorité.

Pour Les Républicains et les Insoumis, le message qui est envoyé au travers de cette nomination est une nouvelle provocation à peine voilée du pouvoir.

Député insoumis du Nord, Adrien Quatennens dénonce le fait que Mme Ndiaye soit placée pour détourner les esprits, alors que les gilets jaunes continuent de réclamer depuis 4 mois maintenant une revalorisation des minimas sociaux. De quoi alimenter un peu plus les tensions jusqu'aux conclusions du Grand débat.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite