Nombreux sommes-nous encore à ne pas cerner complètement comment fonctionne notre Peau, et donc à méconnaitre les risques auxquels nous pourrions l’exposer en choisissant de l’entretenir par des méthodes et/ou avec des produits inadaptés voire agressifs. D’ailleurs, une pratique de plus en plus courante et pour le moins inquiétante est la dépigmentation en vue de se débarrasser de la Mélanine (ou pigment cutané) censée la protéger à la base. Non sans juger qui que ce soit, il apparaît tout de même évident que c’est par pure ignorance du pouvoir de ce pigment sur notre physique et notre psychique que de telles actions sont fréquentes. Cet article vise à mettre en lumière les miracles opérés par les pigments de mélanine sur notre physique et notre psychique, mais aussi à lever les barrières psychologiques laissant croire qu’être noir est une malédiction...

Origine et définition du terme mélanine

Etymologiquement, le mot mélanine vient du mot grec ‘’melanos’’ qui signifie noir. Néanmoins, l’utilisation du terme ‘’noir’’ remonte à l’époque de l’Egypte ancienne, bien avant la destruction de son patrimoine culturel lors de l’invasion grecque. A cette époque, le mot ‘’noir’’ était désigné par ‘’KM’’, l’un des plus vieux noms de l’Egypte étant ‘’Kemet’’. Dans la symbolique ‘’kemite", la couleur noire avait un caractère divin ; d’ailleurs nos ancêtres "Kemet" accordaient une importance si exclusive à leur teint que le 32ème de leur 42 principes était l’interdiction formelle à quiconque d’en modifier la carnation.

D’autre part, à la suite d’une étude réalisée par des anthropologues américains, il fut démontré que l’espèce Homo sapiens (ou l’Homme moderne) à laquelle nous appartenons tous existe depuis environ 200 000 ans et est originaire de l’Afrique de l’Est, l’Homme blanc n’ayant commencé à exister que depuis 8 000 ans.

Ceci implique que nos ancêtres avaient tous à la base un teint noir très foncé leur permettant de se protéger du fort taux d’ensoleillement qui sévissait à cette époque.

Par la suite, il survint un déplacement en masse de la plupart de ces Hommes non seulement dans le reste de l’Afrique, mais aussi vers l’Europe, l’Asie, ou l’Amérique, ces trois derniers continents étant par contre caractérisés par un faible taux d’ensoleillement. Ainsi, pour s’adapter à cette nouvelle condition climatique, leur peau s’était automatiquement dépigmentée au point de les rendre clairs : c’est alors que de nouvelles races virent le jour c’est-à-dire les blancs, les jaunes, les roux, etc....

  • Définition

Les mélanines biologiques sont des pigments ou macro molécules produites par la tyrosine (un acide aminé) qui circule dans le sang par le biais des mélanocytes (qui sont des cellules ayant des prolongements sous forme de tentacules et situées dans la couche profonde de l’épiderme). Elles servent principalement à protéger notre corps et par ailleurs notre peau des effets dévastateurs des radiations ultraviolets (et des atomes que sont les radicaux libres), nous évitant ainsi : un vieillissement prématuré de l’ADN des cellules de notre peau, une perte de son élasticité, une apparition précoce de rides et des lignes d’expression, des risques de cancer, etc… Ce sont ces pigments qui donnent de la couleur à notre peau, nos cheveux, nos poils et notre iris ; on les trouve également dans la strie vasculaire de notre oreille interne et dans notre cerveau.

En outre, les animaux en possèdent aussi au niveau de leurs plumes ou poils, pareillement pour les plantes et l’atmosphère (on parle ici de mélanine cosmique)

Propriétés de la mélanine de la peau

De prime à bord, il faudrait savoir que la mélanine se trouve aussi bien à l’extérieur et qu’à l’intérieur de la peau. Pour le cas typique des albinos, elle existe certes en grande quantité dans leur peau mais aucunement à l’extérieur : on parle ici de trouble du métabolisme de la mélanine cutanée ou encore d’albinisme, avec pour effet direct leur plus grande vulnérabilité au contact du soleil. Le taux de concentration de cette macromolécule dépend de nombreux facteurs comme le taux d’hormone, l’hérédité, et certaines maladies (comme l’albinisme suscitée ou encore le vitiligo dont souffrait le défunt chanteur Mickael Jackson). D’ailleurs, l’intensité de la couleur de la peau, des cheveux ou des yeux varie en fonction de ce taux de concentration ; ainsi, une personne de peau noire en fabrique plus qu’une autre de peau blanche , un iris bleu plus que celui de couleur brune, etc... Dans la même logique, une chevelure brune ou noire fabrique plus de pigments qu’une chevelure blonde, etc… C’est ainsi qu’on répertorie deux principaux types de mélanine, chacun comportant deux sous-groupes et un type mineur moins connu :

  • L’ eumélanine : C’est un pigment qui peut être brun, sombre, noir ou brun foncé et qu’on retrouve chez les mélanodermes qui sont des personnes dites « de couleur» tels que les asiatiques, les sémites, les indiens, les noirs du plus clair au plus foncé.
  • La phéomélanine : Ici, la macro molécule a plutôt un aspect clair, fauve, rouge ou jaune et existe chez les leucodermes, c’est à dire des personnes de type caucasien, européen, ou occidental.
  • La neuromélanine : présente essentiellement dans la substance nigra (substance noire) et le locus coeruleus (tâche bleue)du cerveau non fabriquée par les mélanocytes mais provenant probablement plutôt du métabolisme d’une amine simple appelée dopamine.

Mécanisme de fonctionnement de la mélanine cutanée

La mélanine est produite lors de l’exposition de la peau au soleil à partir de la tyrosine grâce à l’enzyme tyrosinase. En effet, au contact des rayons ultraviolets, le corps fabrique automatiquement une plus grande quantité de mélanine, ce qui va permettre d’absorber les radiations ultraviolets (on parle encore de processus de filtration) et de restituer sous forme de chaleur l’énergie reçue, faisant automatiquement la peau bronzer c’est-à-dire s’obscurcir. De la sorte, elle réussit à protéger les cellules de la peau des dangers des radiations ultraviolets susmentionnées.

En outre, la plus ou moins grande action de la mélanine varie selon son type : c’est pourquoi l’eumélanine (plus importante en quantité) est beaucoup plus efficace à cet instant précis que le phéomélanine qui en plus de ne protéger que très faiblement la peau, se décompose facilement sous l’effet des rayons ultra violets, et libérant ainsi des radicaux libres cancérigènes ; c’est ce qui explique que les personnes rousses, ou blondes soient plus fragiles que les brunes, les albinos plus que les noirs, etc…

Cependant, l’eumélanine ne protège pas à 100% les peaux mélanodermes, car à la suite d’une exposition prolongée au soleil il pourrait s’en suivre une dégradation importante de leur ADN, causant ainsi un cancer de la peau.

Toutefois, une exposition solaire quelque peu modérée est recommandée, puisqu’il s’en suivra une production de l’endorphine B (grâce à la formation de la protéine d’alpha-MSH) supposée produire chez l’humain une sensation de bien-être, mais aussi une protection anti cancer (exception faite pour les personnes dépourvues de la capacité à bronzer comme les peaux blanches et les albinos qui doivent au préalable appliquer des produits de protection anti UV comme les crèmes solaires). Par ailleurs, il se trouve que les grains de beauté constituent des concentrations locales de mélanocytes, que l’épilation au laser est possible grâce à la présence de la mélanine dans les poils, mais encore que les crèmes auto bronzantes non rien en commun avec la mélanine et donc ne protègent aucunement la peau.

Cas typique des personnes âgées

  • Caractéristiques de leur mélanine cutanée

Chez les gens du troisième âge, la mélanine a un tout autre fonctionnement: en effet, au fil du temps, ces macro molécules perdent progressivement leurs propriétés. A cet sujet, deux hypothèses s’opposent : d’aucuns pensent que c’est le résultat d’une diminution du nombre de pigments au fil de l’âge, pendant que d’autres attribuent cela à un problème de distribution des pigments de la peau occasionnant ainsi des tâches dites « de vieillesse » localisées sur certaines parties de leur corps et contenant (comme les éphélides) des mélanocytes élargies produisant plus de mélanosomes que la peau jeune, d’où leur teinte plus foncée.

  • Caractéristiques de leur mélanine au niveau de leurs cheveux

Chez les vieux, on observe un phénomène appelé canitie caractérisé par l’apparition de cheveux blancs qui non seulement implique un arrêt de production de mélanine au niveau de leur bulbe capillaire, mais aussi est #héréditaire (si les cheveux blancs apparaissent plus tôt ou plus tard chez un parent, il en sera de même pour sa descendance).

Les effets prépondérants de la mélanine sur le psychique et le physique

Il existe dans la tête une seule structure du nom de glande pinéale sensible à la lumière et allant de la couronne de la tête (c’est-à-dire le milieu du front) pour descendre dans la colonne vertébrale. Elle fait partie d’une chaîne de glandes du corps humain comme l’hypophyse et la tyroïde et est reliée à ces dernières ainsi qu’à la mélanine cutanée et des autres parties du corps par le canal du calcium et de la vitamine D.

Pendant la nuit, cette glande pinéale libère dans le sang une hormone appelée mélatonine qui contrôle la production des mélanines dans le corps. Ainsi, les mélanines perfectionnent le système nerveux de telle sorte que les messages émis par le cerveau atteignent plus rapidement le reste du corps chez les mélanodermes que chez les leucodermes ; c’est la raison pour laquelle l’abondance de ces pigments chez les personnes de peaux mattes à foncées les prédispose à être plus performants physiquement et psychologiquement. C’est justement pourquoi les enfants noirs rampent, s’assoient, marchent et font preuve de facultés plus cognitives plus avancées que les enfants de type leucodermes. Dans la même logique, les mélanodermes ont un champ auditif plus vaste que les personnes de race blanche, surtout au niveau des basses. En outre, il se trouve que la couleur de l’iris est un signe crucial du degré de pigmentation dans l’organisme ; ainsi plus il est noir, plus il confère à son ou sa détenteur(rice) des facultés auditives plus élevées.

Par contre, la glande pinéale étant souvent calcifiée chez la majorité des leucodermes, la mélatonine y est faiblement produite. C’est ce qui explique leur problème de densité osseuse occasionnant des soucis d’ostéoporose (c’est-à-dire une calcification de leurs os) plus fréquents chez les femmes ménopausées blanches que chez celles africaines. D'ailleurs, d'après les études du Dr Carol Barnes, la calcification pinéale touche 5 à 15% des africains, 15 à 25% des asiatiques, et 60 à 80% des occidentaux.

En outre, la mélanine est un canal de transmission d’énergie à tous les récepteurs sensoriels que sont l’œil (la vision), l’oreille (l’ouïe), les cordes vocales (la voix), la langue (le goût), le nez (l’odorat), la peau(chez les noirs elle est plus lisse, plus douce, plus élastique, surtout vieillit moins vite). Par conséquent, elle influe sur la gravité, l’équilibre, la masse musculaire et la coordination des mouvements : c’est pourquoi les mélanodermes sont par essence les meilleurs danseurs, les meilleurs athlètes, etc…

Au vu de ce qui précède, il est clair que la mélanine est l’élément chimique de la vie et que l’utilisation de produits et méthodes visant à nous dépigmenter n’aura donc que pour effet de la fragiliser ou de l’exposer à un cancer, non sans nous diminuer physiquement et intellectuellement. Être noir n’est donc ni plus ni moins qu’une réelle bénédiction.