La nouvelle a fait trembler le paysage audiovisuel français. Le grand gagnant des 12 coups de midi, Christian Quesada a été mis en examen pour, notamment, détention et diffusion d'images pédopornographiques. Le père de famille qui était sans moyen avant de participer à l'émission, est reparti avec plus de 800.000 euros de gains (sans compter les cadeaux).

Sa personnalité était très appréciée des téléspectateurs, et Jean Luc Reichmann s'était logiquement attaché à ce candidat. A tel point qu'il a exprimé son dégoût lorsque l'histoire a été dévoilée.

Aujourd'hui, nous en apprenons plus sur le passé de Christian.

Un lourd passé judiciaire

Le Parisien confiait récemment que Christian Quesada avait déjà eu des antécédents judiciaires en 2001, 2003 et 2009. Benjamin Castaldi a décidé de révéler le lourd casier de Christian dans l'émission Touche pas à mon poste dans laquelle il est chroniqueur. L'ancien présentateur de Secret Story et Loft Story a avant tout expliqué qu'il avait eu ces renseignements très facilement, en passant un seul coup de fil.

Christian Quesada a été condamné à de nombreuses reprises avant de participer à l'émission des 12 coups de midi sur TF1.

Benjamin précise qu'à plusieurs reprises entre 2001 et 2017, il a été condamné pour des faits similaires, notamment la détention d'images pédopornographiques. En 2017, il a été condamné pour tentative de proxénétisme aggravé.

Benjamin Castaldi s'en prend à la boîte de production

Une question se pose évidemment à la simple vue de ce lourd passé judiciaire. Benjamin Castaldi s'en est en effet pris à EndemlShine, la boîte de production du jeu télévisé. Il trouve cela étrange que personne ne vérifie les casiers judiciaires des candidats.

Il semblerait que durant la présence à l'écran de Christian, il y a eu de nombreuses rumeurs sur l'étrange passé du candidat star. Il paraît en effet surprenant que personne n'ait songé à faire quelques recherches.

Le manque de vérification de la part de la production est ici remis en question. Les producteurs ont indiqué qu'ils ne vérifient pas les casiers judiciaires des candidats qui participent aux émissions. Ils connaissaient Christian puisqu'il avait été un champion par le passé Des chiffres et des lettres et ne se sont donc pas donnés la peine de faire une quelconque vérification.

Mais pour Benjamin, il y avait des bruits de couloirs. Il paraît étonnant que personne n'ait cherché à vérifier si ces rumeurs étaient fondées.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite