Récemment écarté du LOSC avec en ligne de mire la rupture de son contrat de travail [VIDEO], Marcelo Bielsa prépare son retour. Sur le plan médiatique d'une part, puis sur le plan sportif. Mécontent d'avoir été maltraité par la direction des Dogues, El Loco entend sortir du bois très bientôt. En même temps, la Fédération australienne lui tendrait les bras, dans l'optique d'en diriger la sélection au Mondial 2018, en Russie.

Pas de temps mort pour Bielsa

L'entraîneur argentin est sur tous les fronts.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Football

En jetant un oeil dans le rétroviseur, on se rend compte que les derniers mois vécus en France par Marcelo Bielsa n'ont pas été de tout repos. Après avoir enregistré des résultats sportifs très décevants, le LOSC fait des mains et des pieds pour rompre le contrat du technicien à moindre frais, en tentant de lui imputer un maximum de responsabilités [VIDEO], et sans lui avoir forcément laissé le temps de faire absorber ses méthodes à l'effectif.

Une attitude qui déplaît fortement à l'ancien entraîneur [VIDEO] de l'OM, pour qui les principes de vie sont importants, et qui s'estime ainsi trahis par la direction lilloise, Luis Campos en tête.

Comme le rapporte L'Équipe, un proche de Bielsa a confié ce vendredi que l'Argentin "attend désormais que la question de sa rupture de contrat soit réglée devant la justice." Une fois l'affaire arrivée à son terme, le natif de Rosario pointera le bout de son nez, pour s'expliquer sur son départ : "Il reviendra sur les raisons qui l'ont poussé à partir, bien au-delà des résultats, et sur les responsabilités de chacun dans cette histoire, précise-t-il, car certaines personnes se sont mal comportées vis-à-vis de lui."

Même marqué par la situation, Marcelo Bielsa reste ce passionné fou, désireux d'entraîner une nouvelle équipe.

La Coupe du Monde approchant, l'Australie souhaiterait s'attacher ses services. "Il y a effectivement un intérêt de la part de la Fédération", confie ce même proche. Les Socceroos, sans sélectionneur depuis le départ d'Ange Postecolou fin novembre, verraient de très bon oeil d'enrôler celui qui est considéré comme l'un des meilleurs techniciens argentins de l'histoire récente. Et il ne reste que six mois pour préparer l'échéance... alors le temps presse ! L'Australie doit notamment affronter l'équipe de France le 16 juin 2018, pour le premier match des Bleus dans ce Mondial. Avouons que le clin d'oeil serait plutôt sympa. Mais pas sûr en revanche que cela enchante Didier Deschamps.