Comme attendu, la décision de l'indépendance de la Catalogne n'a pas été accueillie avec enthousiasme par les partenaires de l'Espagne. « L'Espagne reste notre seul interlocuteur », s'est ainsi empressé de tweeter Donald Tusk, président du Conseil européen. Même position du côté des États-Unis. « La Catalogne fait partie intégrante de l'Espagne », assure le gouvernement américain dans un communiqué. Donald Trump avait rencontre Mariano Rajoy récemment afin de lui faire part de son soutien par rapport à la Catalogne.

Rajoy « seul interlocuteur » de Macron

Le Royaume-Uni, dont la date du départ de l'Union européenne ne cesse d'approcher, a également réagit via un communiqué.

« Le Royaume-Uni ne reconnaît pas la déclaration unilatérale d'indépendance faite par le parlement régional catalan », écrit le gouvernement britannique dirigé par Theresa May. Une position également partagée par l'Allemagne d'Angela Merkel qui soutient pleinement le gouvernement espagnol. Quant à Emmanuel Macron, en déplacement en Guyane, il a affirmé que son seul interlocuteur est « le premier ministre Rajoy ». Mariano Rajoy a donc pu compter sur la solidarité de ses partenaires européens et internationaux.