New york n'en a pas fini avec le terrorisme. Lundi, un homme de 27 ans a été placé en détention après avoir fait exploser un engin explosif dans le métro de New York, durant la matinée. Selon les informations de la police, le suspect, Akayed Ullah, était l'une des quatre personnes blessées dans l'explosion [VIDEO], qui s'est produite vers 7h20 dans un passage près de la 42nd Street et de la 8th Avenue, dans le centre de Manhattan. Aucune des victimes touchées n'a été blessée mortellement. Lors d'une conférence de presse, le commissaire de police de New York, James O'Neill, a déclaré que le suspect avait « un engin explosif artisanal improvisé attaché à son corps ».

« C'était une tentative d'attentat terroriste », a de son côté déclaré le maire de New York, Bill de Blasio. Ce dernier a déclaré qu'il n'y avait « aucun incident ou activité supplémentaire connue » mais a indiqué qu'il y aurait une présence policière accrue dans la ville. Andrew Cuomo, gouverneur de New York, a souligné qu'une Attaque sur le métro était « très effrayante et dérangeante » et « à bien des égards, l'un de nos pires cauchemars ». Le gouverneur a ajouté que « la réalité est que nous sommes une cible pour beaucoup qui voudraient faire une déclaration contre la démocratie, contre la liberté. Nous avons la Statue de la Liberté dans notre port. N'importe qui peut aller sur Internet et télécharger comment assembler un engin explosif de niveau amateur, et c'est la réalité avec laquelle nous vivons ».

Top vidéos du jour

Des blessés mais aucun gravement

La station de métro où l'explosion s'est produite est juste en dessous du terminal de bus de Port Authority, qui dessert au moins 65 millions de passagers chaque année. Le lundi matin, Times Square et ses environs ont été submergés par la police. L'attaque a interrompu presque chaque ligne de métro et certains trains ont été évacués. Les retards ont mis encore plus de pression sur le réseau de métro de la ville, qui a été fortement critiqué cette année en raison de longs retards et de fréquentes ruptures de trains. Les New-Yorkais ont pris leur mal en patience, eux qui commencent à devenir habitués à ce type d'événement. En effet, l'explosion s'est produite moins de deux mois après qu'un homme a conduit un camion dans une voie cyclable du côté ouest de Manhattan, tuant huit personnes. Le suspect a plaidé non coupable à 22 chefs d'accusation.

Donald Trump n'a pas réagit

Cette fois, le suspect est un immigrant bangladais qui vivait à Brooklyn, était soigné à l'hôpital de Bellevue.

La police a déclaré qu'il y avait une vidéo de la tentative d'attaque. Lorsqu'il lui a été demandé si le suspect était lié au groupe terroriste de l'État islamique, le chef de la police a déclaré que le suspect « avait fait des déclarations ». Plus tard, on apprenait que le suspect était effectivement lié à Daech. Donald Trump a été informé de la situation mais n'a pas immédiatement répondu. L'attachée de presse de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a publié un communiqué sur l'événement. « Ce matin, alors que les New Yorkais se rendaient au travail, un terroriste a déclenché une bombe artisanale. Heureusement, il n'y avait pas de blessures mettant des vies en danger ». Elle a également souligné « la nécessité pour le Congrès de travailler avec le président sur les réformes de l'immigration qui améliorent notre sécurité publique et la sécurité des frontières ». Le pouvoir en place entend donc se servir de cette attaque pour accélérer le mouvement sur les différentes mesures concernant l’immigration que Donald Trump entend mettre en place. Plus que jamais, la question du terrorisme est politique aux États-Unis [VIDEO].