Les propos tenus par le président des Etats-Unis ces derniers jours, notamment sur le réseaux sociaux, tentent à démontrer une certaine volonté du président Américain à mieux répondre aux difficultés commerciales mais surtout à répondre aux attentes de sa population. Il adopte dès lors un protectionnisme visant à réduire le déficit commercial, tout en éclaboussant la politique menée précédemment par son pays mais aussi les acteurs extérieurs que sont ses partenaires économiques : ''Les Etats-Unis ont un déficit commercial annuel de 800 milliards de dollars en raison de nos politiques et politiques commerciales très stupides. Nos emplois et nos richesses sont donnés à d'autres pays qui ont profité de nous depuis des années. Ils rient de ce que nos dirigeant ont été c'est fini''.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

Le président Trump se montre, pour ainsi dire, défenseur du commerce Américain et de l'emploi et lance une invective à l'égard de la politique "stupide" menée au sein de son pays par ses prédécesseurs.

Se voulant plus ferme avec ses partenaires économiques, il a fait mention de "taxes réciproques" sur les échanges commerciaux et sur l'importation d'acier et d'aluminium qu'il voudrait taxer plus fortement. Il compte cependant imposer à certains pays exportateurs, exceptés ceux de l'Alena (l'accord de libres échanges Nord américain entres les Etats-Unis, le Canada et le Mexique..) plus de taxes, bien qu'il connaisse certaines tensions avec le Mexique, [VIDEO] et du côté Européen, le Royaume-Uni.

Bras de fer entre les Etats-unis et ses principaux partenaires

Les Etat-Unis sont les plus gros importateurs d'acier au monde. Si le Canada premier partenaire commercial du pays et dont la part d'importation d'acier est de 16% jugeait en début d'annonce que toute éventuelle taxe douanière imposée par les Etats-Unis serait "inacceptable" bien qu'elle n'en soit pas sujette à cause des accords liants ces pays.

Ailleurs, la Chine deuxième partenaire commercial et premier producteur d'acier mais qui n'en vend que très peu aux Etats-Unis s'est contenté d'interpeller les Américains contre des "mesures protectionnistes". L'Union Européenne va "réagir fermement et proportionnellement pour défendre ses intérêts" a réagit le président de la commission Européenne Jean claude Junker: "s'ils essayent de faire une exception pour un de nos Etats membres cela signifie une exception pour l'ensemble de l'UE". La France et l'Allemagne se sont également prononcés, le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire jugeait qu'une guerre commerciale "ne fera que des perdant". Le président Américain a répondu en parlant de taxe sur les voitures Européennes vendues aux Etats unis en cas d'augmentation des tarifs et barrières sur les entreprises Américaines en Europe.

Trump réussit sa communication

Voulant montrer un certain durcissement du commerces Américains le président Trump voudrait surtout répondre aux attentes des populations américaines et à sa majorité républicaine en prônant une meilleur gestion globale du pays, afin surtout de se démarquer de ses prédécesseurs dont il dresse un bilan moins reluisant comparé au sien.