Deuxième étape à Paris. Benjamin Netanyahu entreprend un voyage de trois jours en Europe pour convaincre les dirigeants allemands, français et britanniques de renoncer à l'accord nucléaire iranien et les persuader de la nécessité " d'expulser " l'Iran [VIDEO] de la Syrie. Le Premier ministre israélien a ainsi voulu que les discussions avec ces trois pays européens concernent justement le dossier iranien. « Je vais rencontrer trois dirigeants et discuter de deux sujets: l'Iran et l'Iran », a-t-il déclaré peu avant son décollage pour l'Allemagne, lundi. Pour rappel, l'accord sur le nucléaire iranien a vu le jour en 2015. Ce dernier permettait de négocier des sanctions envers l'Iran en échange de la limitation de son programme nucléaire.

Un accord duquel est sorti Donald Trump il y a plusieurs semaines. Trump et Netanyahu ont vivement critiqué certains termes de cet accord, assurant qu'il était temps d'y mettre fin une bonne fois pour toute. L'Iran a depuis continué à respecter cet accord, mais en appelle également à l'Union européenne afin de mettre en place une solution de « compensation » à long terme.

Macron déterminé à sauver l'accord sur le nucléaire iranien

Le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, qui faisaient également parties de l'accord, ont tous fait part de leur « regret et leur inquiétude » suite à la décision de Donald Trump de mettre fin à cet accord, et ont souligné leur « engagement continu » envers l'accord. Trois pays prompts à trouver une solution diplomatique avec l'Iran... ce que refuse désormais Benjamin Netanyahu, d'où la visite du Premier ministre israélien dans ces trois pays.

Top vidéos du jour

Emmanuel Macron devrait lui s'accorder avec Benjamin Netanyahu sur l'ingérence iranienne en Syrie. En effet, Netanyahu utilise également sa tournée européenne pour mettre en garde contre le retranchement militaire de l'Iran en Syrie, où Téhéran a envoyé des forces pour soutenir le président Assad. Israël a averti à plusieurs reprises qu'il ne tolérera pas la présence des forces iraniennes si près de son territoire. Un sujet sur lequel Emmanuel Macron ne devrait pas manquer de s'exprimer, lui qui a à plusieurs reprises convenu qu'il était temps de se montrer ferme avec le régime de Bachar Al-Assad et ses alliés, dont l'Iran. Mais renoncer à l'accord sur le nucléaire ? Certainement pas, le Président de la République ayant à plusieurs reprises affirmé son attachement à trouver une solution diplomatique avec Téhéran.

Netanyahu veut convaincre Macron

Pas forcément la plus apaisée au monde, la relation entre Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu pourrait se tendre un peu plus si le Président de la République venait à évoquer la question de la Palestine et des récents événements survenus à Gaza.

Pour rappel, l'utilisation récente par l'armée israélienne de tirs réels contre des manifestants palestiniens à Gaza a fait plus de 120 morts le long de la frontière. Un sujet sur lequel le Premier ministre israélien risque de faire la sourde oreille, lui qui est venu à Paris parler de l'Iran et uniquement de l'Iran. Lundi, Angela Merkel a reconnu que l'ingérence iranienne en Syrie était un problème qu'il allait falloir résoudre. Mais dans le même temps, la Chancelière allemande a également annoncé son intention de ne pas renoncer à l'accord sur le nucléaire iranien, malgré le retrait des Etats-Unis et la volonté farouche d'Israël de voir cet accord enterré. Pour Benjamin Netanyahu, l'étape allemande a donc été un échec. Aura-t-il plus de réussite à Paris auprès d'Emmanuel Macron ? C'est tout l'enjeu de cette rencontre entre les deux hommes.