La dictature monarchiste iranienne a été renversée il y a 40 ans, en février 1979 exactement, par l'ensemble du peuple et une grande révolution. La revendication première d'un peuple en souffrance est assez claire : « l’indépendance, la liberté et la république ». Ce que l'on a surnommé la Révolution de Février fut un temps d’ouverture exceptionnelle pour l’espérance et la liberté de penser. Néanmoins, et cela arrive très souvent, le temps d'euphorie laissa très rapidement place à la déception.

Publicité

Le nom respect par le gouvernement en place des droits fondamentaux et de la souveraineté populaire ont laissé place à une prise de pouvoir des islamistes, une première dans le monde musulman.

Le soulèvement du peuple déséquilibre le régime

Depuis plus d’un an, le soulèvement du peuple Iranien déséquilibre plus encore un régime qui courait déjà à sa perte. Les responsables de cette révolution en cours sont tout désignés ; l’OMPI, les Moudjahidine du peuple. Pour la première fois, le régime reconnaît implicitement puis officiellement que l’organisation des résistants est bien plus importante et que leurs réseaux sont bien plus vastes qu’ils n’avaient voulu l’avouer jusqu’alors.

Ainsi, l'ensemble du pays (peuple et gouvernement), se retrouve dès lors nez à nez avec une nouvelle fragilité, un retour en arrière dont il se serait bien passé ! Cette fragilité, arrive au même moment que la non reconduction de la levée des sanctions contre le régime, les mollahs désignent donc les coupables et décident de lancer une nouvelle chasse aux sorcières. Bien que la première ait eue lieu en interne, celle de 2019 tente de frapper tout l'Occident. De la France au Pays-Bas en passant par les Etats-Unis, la Norvège ou encore l'Albanie. Tous ces pays nommés ont fait face à une attaque terroriste ou une (des) tentative(s) d'attentat(s).

Publicité

Une initiative pour le changement de régime en Iran

Ainsi, le Comité français pour un Iran démocratique (CFID) appelle à une grande manifestation le vendredi 8 février contre les violations graves et massives des droits humains en Iran et les agissements terroristes du régime iranien sur le sol européen contre son opposition.

De son côté, le Conseil de l’Union européenne a décidé le 8 janvier dernier, d’inscrire sur la liste des groupes terroristes, une branche du ministère iranien du Renseignement responsable d’un projet d’attentat.

Publicité

En effet, on suspecte de dernier d'avoir planifié une attaque terroriste contre un des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI). Fort heureusement, un travail minutieux a permis de déjouer ce dernier à Villepinte (en Juin dernier).

Qu'en est-il aujourd'hui ? La dictature religieuse reste plus que jamais engluée dans une crise durable, le peuple d'Iran ne cesse de manifester son mécontentement basé sur les revendications initiales des première manifestations. L'ensemble des iraniens de France ont décidé d'apporter leur soutien aux habitants du pays en Manifestant à Paris. L'objectif est assez simple : maintenir la démocratie et la liberté dans le pays en soutenant fortement l’alternative démocratique incarnée par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI).

Cette initiative est soutenue par plusieurs maires d’arrondissement de Paris, de nombreuses associations de défense des droits humains et par le Comité de parlementaires pour un Iran démocratique à l’Assemblée nationale (CPID).

Rassemblement: Place Denfert-Rochereau le vendredi 8 février 2019 à 14h