Le journalisme étant un métier commun à l'information et à la régulation de l'opinion publique, il est considéré comme une profession noble et respectable. Informer, éduquer et divertir étant ces canaux par lesquels passe l'information, le rôle du journaliste demeure prépondérant face aux multiples défis que comptent son émulsion et son partage. La journaliste camerounaise Elisabeth Benkam, dans cette opiniâtreté accrue pour ses batailles et ses combats idéologiques, y a laissé une empreinte bien visible.

Publicité
Publicité

Décédée brutalement le 23 avril 2019 à Yaoundé lors d'une opération chirurgicale, cette combattante de tous les fronts laisse un grand vide dans le milieu journalistique du Cameroun. Employée à la PAN African presse (dont le siège se trouve au Sénégal), elle était une membre très active du SNJC (Syndicat National des Journalistes du Cameroun). Personnalité très présente, c'est ainsi qu'elle a occupée les poste de Présidente du Conseil syndical du SNJC, de secrétaire Nationale à la mobilisation du SNJC et de Conseillère du président de la section Centre du SNJC.

Le prsident du SNJC Centre (Thierry Eba) et le président National du SNJC (Denis Kwebo) (c) Samuel Bondjock
Le prsident du SNJC Centre (Thierry Eba) et le président National du SNJC (Denis Kwebo) (c) Samuel Bondjock

Parmi ses grands combats, cette femme ayant le coeur sur la main était également membre du REJODEC (Réseau des journalistes pour la défense des Droits de l'enfant du Cameroun).

Un hommage à la hauteur de son combat

Les membres du SNJC sont venus de tout le pays pour accompagner cette leader vers sa dernière demeure. Elle a été conduite dans sa dernière demeure dans la région de l'Ouest au village Bapa. Parmi ses camarades influents de ce grand regroupement, l'on a pu remarquer la présence du président national Denis Kwebo, du SG Mathieu Nathanäel Njog, de Jules Elobo, d'Edwige Grâce Mbakong ou encore du président de la section Centre du SNJC Thierry Eba.

Publicité

"Elisabeth, ainsi tu as vécu ta vie pendant plus de 5 décennies. Comment oublier ces mots plein d’attention lors de notre première rencontre il y a près de dix ans, dans ces bureaux de la Camair au terme d’un point de presse sur l’un des dossiers sensibles et célèbres du temps que celui de ‘’Thierry Michel Atangana’’. Celui-ci aura connu l’issue qu’on lui connaît. Comment disais-je, ne pas me souvenir, de cette délicatesse dont tu fis montre au terme de cet échange avec la presse, telle une mère, une grande sœur, tu m’appelas en dernier après tout les autres confrères. Me parlant avec douceur de la situation de la presse camerounaise, du combat du Syndicat National des Journalistes du Cameroun, que je découvrais.." A dit Thierry Eba lors de son témoignage envers la disparue.

Elisabeth Benkam, cette plume qui restera à jamais éternelle

Les témoignages ont tour à tour fait leur carton plein pour une fois de plus édifier l'âme de cette combattante qui aura marqué l'histoire du journalisme Camerounais par son engagement. Respectée pour sa fougue et son attachement pour sa profession, elle laisse 4 enfants et une famille éplorée. Sa famille n'a pas tarit d'éloges les actions menées par cette immense figure du SNJC, et a humblement remercié ses camarades du syndicat qui se sont mobilisés depuis le premier jour.

"Nous retenons d'Elisabeth l'image d'une combattante, d'un membre très dynamique qui a contribué à faire du SNJC ce qu'il est aujourd'hui..." Dira le président Denis Kwebo au micro du camarade Brand Kamga de la chaine de télévision Canal 2 International.

Publicité

Ainsi s'en est allée une fine plume du journalisme Camerounais qui restera à jamais gravée dans les mémoires de ses confrères.

Lire la suite et regardez la vidéo