Le travail éloigne de tout maux pouvant nuire au bien-être psychique, physique et mental de tout individu. Un travail bien rémunéré et bien organisé sous-tend graduellement à une bonne évolution de l'emploi. Le Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale (MINTSS), suite aux doléances des travailleurs et des syndicats des sociétés de gardiennage s'est vu assister à la signature d'une Convention Collective.

Pour ce faire, une commission avait eu pour mission de réviser la Convention Collective Nationale des Sociétés de Gardiennage du Cameroun de 2006.

Par ailleurs, les travaux pour cette révision avaient commencé en 2013 et ont été suspendus en 2015, avec pour consigne de s'appuyer sur le document en vigueur. Pour cette nouvelle mission, la commission a travaillée en 4 sessions de négociations. Elle s'est étendue du 17 janvier au 28 mars 2019 à Yaoundé, ainsi que la relecture du projet.

Ces travaux avaient pour but d'aller vers l'amélioration de la situation salariale du travailleur Camerounais de ce domaine d'activités. Toutefois, les avancées obtenues par rapport à la Convention Collective de 2006 sont enregistrées au niveau de la grille salariale.

Une signature bénéfique pour les travailleurs et les employeurs

Cependant, les différentes parties se sont accordées sur la suppression de l'article portant sur l'adhésion à l'effet de résoudre le problème de l'assainissement de leur secteur d'activités.

Le personnel du MINTSS, le ministre Grégoire Owona et les représentants des syndicats étaient présents à cette signature de la Convention Collective Nationale des Sociétés de Gardiennage du Cameroun. Cette cérémonie déroulée le 7 mai 2019 en présence des hommes et des femmes de médias.

Parmi les difficultés rencontrées avant la signature de ce document, le groupe employeur avait posé le problème de l'adoption de la Mercuriale des prix des prestations qui permettent de fixer les salaires.

Toutefois, le représentant du Ministère de l'Administration Territoriale a relevé que des mesures sont prises par le gouvernement en vue d'effectuer des descentes sur le terrain. Cette mesure étant une application concernant le contrôle de conformité.

Les sociétés de Gardiennages dorénavant fixées sur leurs droits

Sachant que le Smig est sensiblement fixé à 36.000 FCFA, le MINTSS a précisé que ce résultat est le processus d'une négociation entre les employeurs et les travailleurs.

Le gouvernement étant simplement le modérateur. "Les entreprises du secteur tertiaire et du secteur secondaire avaient placés le planché à 60.000 FCFA. Seuls les entreprises du secteur primaire se trouvaient dans l'incapacité de pouvoir supporter un tel coût. On ne devrait plus avoir un montant inférieur à 60.000 FCFA dans le secteur tertiaire..."

S'est exprimé le Ministre Grégoire Owona lors de la signature du document.

En guise de conclusion après cette signature, le ministre a recommandé aux travailleurs de se rapprocher de l'administration si une irrégularité était constatée. Les inspecteurs du travail étant aguerris pour cette tâche, auraient manifestement la charge de réguler cette démesure entre les trois parties. La Convention Collective est une fois de plus remise à niveau pour les travailleurs et les employeurs dans le secteur du Gardiennage du Cameroun.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite