Le Cameroun, pays multiculturel par essence est un modèle de partage et d'équité lorsqu'il faut prospecter pour l'établisssement de la paix et du Vivre Ensemble. Notifié dans cette assertion, le Chef de l'Etat Paul Biya, sursoit manifestement au bien-être de ses concitoyens. Par ailleurs, le pays étant traversé par une crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO), une horde de terroristes a envahi et installé la peur et la désolation dans ces zones anglophones.

Face à autant d'incompréhensions, l'Etat du Cameroun a mis sur pied un dispositif sécuritaire et matériel pour sortir de cet engrenage de désolation.

A cet effet, le Président de la République a convoqué le Gand Dialogue National (GDN) qui se tient du 30 septembre 2019 au 4 octobre 2019 au Palais des Congès à yaoundé. Dans cette configuration sectorielle, il a également pour but de donner la parole à tous les corps sociaux pour qu'ils puissent soumettre des propositions dont la synthèse va permettre de répondre aux préoccupations légitimes des citoyens et aussi aux aspirations largement partagées pour le retour à la paix dans le NOSO. Divers participants ont été conviés pour ce GDN et sont venus des 10 régions du pays.

Ils sont essentiellement constitués de parlementaires, d'hommes politiques, de leaders d'opinions, d'intellectuels, d'opérateurs économiques, d'autorités traditionnelles et religieuses, des membres de la Diaspora, des représentants des FDS (Forces de Défenses et de Sécurité), des représentants des groupes armés et des victimes.

Le Grand Dialogue National oeuvre pour la réconciliation

Ce rassemblement historique est présidé par le Premier Ministre Chef du Gouvernement Dion Ngute."C'est pour mettre un terme à ces violences, et permettre aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest de retrouver la sérénité nécessaire au plein épanouissement des populations qui y vivent, que le Chef de l'Etat a décidé, dans son mémorable discous à la nation du 10 septembre 2019, de convoquer le Grand Dialogue National", s'est exprimé le Premier Ministre lors de son discours inaugural.

De prime abord, les anciens combattants issus des actes terroristes se sont exprimés face à l'assemblée pour demander pardon à leurs concitoyens et demander aux combattants encore sur le terrain à déposer les armes et à construire un Cameroun uni dans la paix, la prospérité et l'unité. En outre, 8 commissions seront constituées pour examen de l'ensemble des problématiques recensées en faveur de l'atteinte de l'objectif principal de l'assise.

La paix comme leitmotiv pour le Grand dialogue National

Entre autres préoccupations, il sera abordé les questions relatives aux systèmes éducatifs et judiciaires qui sont à l'origine des revendications initiales et également celles concernant la Décentralisation, le Bilinguisme, la Diversité culturelle ou encore la reconstruction des zones sinistrées. Rappelons que cette crise a commencé avec des revendications des syndicats des avocats, celle des enseignants, des étudiants et de l'organisation de la société civile.

Elle s'est ensuite accentuée avec cette débâcle qui a entrainé des pertes en vie humaines et une montée de la haine dans les régions du NOSO.

Cependant le Chef de l'Etat a aussitôt transcendé cette cassure sociale en mettant sur pied le Plan d'Assistance Humanitaire d'Urgence pour aider les populations sinistrées et déplacées. Ce GDN va donner suite à un public représentatif de la diversité camerounaise, soit environ un demi-millier de Camerounais de divers horizons réunis pour une semaine.

L'objectif de ce GDN est de mobiliser les forces positives et constructives du pays, à l'intérieur comme dans la diaspora autour des valeurs qui sont chères au Cameroun telles que la paix, la sécurité, la concorde nationale et le progrès.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite