Le Grand Dialogue National (GDN) s'est déroulé du 30 septembre au 4 ocobre 2019, au Palais des Congrès à Yaoundé au Cameroun. Instruit par le Chef de l'Etat Paul Biya, il a regroupé des participants venus de toutes les régions du Cameroun avec pour objectif d'essayer de trouver une issue à la crise qui sévit dans les régions dites anglophones.

En outre, les participants étaient venus de tous les bords politiques, religieux, économiques et même sociaux.

Par ailleurs, le président du MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun) le Pr Maurice Kamto après sa libération (le 5 octobre 2019 qui était l'une des recommandations du GDN) a fait une sortie quelque peu irrégulière dans le média RFI (Radio France International). Celle-ci était liée à ses propos concernant le hold-up de l'élection présidentielle dont il continue de réclamer la victoire. A cet effet,le ministre de la Communication (Mincom) et porte-parole du Gouvernement René Emmanuel Sadi, a été reçu le 18 octobre 2019 au poste national de la CRTV radio pour une clarification de la situation.

René Emmanuel Sadi fustige Kamto

Le Mincom a classé les réactions de certains responsables du MRC dans un régistre d'ambiguités à travers leurs déclarations, notamment celle toute récente du Pr Maurice Kamto, dans une interview accordée à RFI. Le porte-parole du Gouvernement ne s'est pas dit surpris par les propos de Mr Kamto lors de cette interview.

Selon lui, ils s’inscrivent manifestement, dans une logique qui est la sienne et de celle de ses partisans, pas forcément de tous, ceci depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle de 2018.

Le Mincom a continué en cadrant cet acte dans un paradoxe d’extrémisme, du jusqu’au-boutisme, et de la radicalisation. Cette sortie resterait fondée sur la revendication d’une prétendue victoire qui n’a jamais été remportée par le Pr Maurice Kamto du MRC.

Le Cameroun connait son Chef de l'Etat

Cependant avant cette interview, une sortie du Ministre d'Etat, Ministre de l'Enseignement supérieur Jacques Fame Ndongo et Jean Kuete, tous membres du comité central du RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais) et cadres du parti ont également réprimé cette sortie.

Ceux-ci l'ont qualifiée d'illusoire et d'innapropriée. "Il a été en prison, on ne peut pas dire que ce fut le paradis terrestre pour lui. Mais je crois qu’objectivement, le geste du président Paul Biya est un geste de magnanimité, de mansuétude et d’apaisement", a affirmé le Minesup egalement sur RFI.

Dans les propos de Mincom, il s'est exprimé sur la fonction du Professeur Kamto, dont les qualités intellectuelles et le brio ne font l’ombre d’aucun doute.

Toutefois, il l'a prié de cesser de voguer dans des sphères si lointaines, inter-sidérales et interstellaires. Ceci dans une optique d'enfin pouvoir réaliser que la revendication d’un hold up électoral imaginaire est un leurre, et une voie sans issue au Cameroun. De ce fait, le Chef de l'Etat du Cameroun, Garde des Sceaux et Premier Magistrat est Paul Biya qui a prêté serment le 6 novembre 2018. Le Ministre a terminé en insinuant que l’élection présidentielle relève désormais du passé et que pour l’immense majorité des Camerounais, ce scrutin présidentiel est bel et bien terminé.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite