Y a-t-il eu un lien entre l’Église catholique et l’État ? Oui avant 1905, non après. Aujourd’hui en quoi ce lien serait-il abîmé s’il n’existe pas et pourquoi faut-il le restaurer ? Macron, instruit, est malin, Il a une conception de la société française stratifié par segments (politique, économique, religieux, culturel). Dans sa stratégie du « en même temps ». Macron ouvre des portes, jauge l’opinion publique et finit par rétablir sa communication. C’est le cas quand il s’adresse aux catholiques en parlant du lien abîmé. Il envoie un message clair à l’électorat catholique : lui, Président, n’ignore pas l’importance de la spiritualité, d’ailleurs il a écrit dans son livre "Révolution" que la spiritualité transcende la fonction étatique.

Dans la communication le concernant, il est dit qu’il a demandé à être baptisé à 12 ans et qu’il a fréquenté à Nanterre un grand philosophe le Professeur Ricoeur. Macron est donc un spirituel.

La phrase de Macron n’est pas anodine, il envoie un message très clair à l’opinion : il est le Président de tous les Français, il parle donc à toutes les religions et, en insistant sur cette phrase qui fait polémique, il démontre que la société française, malgré sa diversité religieuse, a un fondement principal, la tradition judéo-chrétienne à un moment où l'Islam donnait l'impression d'être source de problèmes pour une grande partie des citoyens français.

Faut-il réparer le lien abîmé inexistant ?

La loi de 1905 établit une ligne neutre entre l’État et l’Église catholique, cette loi s’applique aussi aux autres religions, mais elle soulève un problème pour l’Islam car, dans la tradition musulmane, la séparation privé/public n’existe pas.

Top vidéos du jour

C’est une des difficultés que Macron doit résoudre pour installer les principes laïcs qui doivent être respectés par toutes les religions. La neutralité doit être l’alpha et l’oméga de tous les cultes en France. Le Président Macron tarde à faire un discours important sur la laïcité, ce que semble lui reprocher l’ancien Ministre Valls qui est pour une laïcité rigoureuse sans compromission avec les religions. Pour Valls, la laïcité réaffirmée doit privilégier la République aux dépends de la société qui est fondamentalement diverse. Ce concept de laïcité rigoureuse n’est ni rejeté ni accepté par Macron qui pencherait éventuellement vers une laïcité ouverte, respectueuse des différents segments communautaires de la société. Le modèle sociétal de Macron est anglo-saxon : libéral sur le plan économique et quasi communautaire sur le plan de la société mais avec une complexité, l’intégration des communautés dans la République. En voulant réparer le lien abîmé entre l’Église et l’État, Macron va politiquement chasser l’électorat de Wauquiez et de Marine Le Pen.

Cela peut-être dangereux politiquement. On attend de Macron un grand discours sur la concorde républicaine à un moment où la France semble s’individualiser dans le communautarisme.

La concorde républicaine, c’est mieux que le lien abîmé entre l’Église et l’État

Il ne s’agit pas de bouter les religieux hors de la société, ils y ont toute leur place mais ils ne peuvent en aucun cas assumer le rôle de porteur de la foi en politique. Les Français n’ont pas besoin de la religion pour voter aux cours des élections. En déclarant sa foi à l’Église catholique, on comprend que Macron prépare le lit aux grandes réformes portant sur les valeurs qui ont pour nom : les lois sur la bio-éthique, la PMA et la GPA. Ce sont des questions difficiles et l’Église catholique a dit sa position ferme contre toutes ces innovations sociales. Comment Macron va-t-il aborder le débat qui s’ouvre sur les valeurs ? Macron n’est pas très clair sur l’organisation de la société. Veut-il une société organisée à partir d’un creuset national qui sublime les communautés, ou souhaite-t-il un fonctionnement de la société comme juxtaposition des communautés ? Dans le premier cas nous sommes dans la République, dans le second nous sommes dans une société communautaire. Voici les défis auxquels le Président Macron devra répondre. Sa sortie auprès des Evêques catholiques est intéressante car elle l’oblige à préciser sa pensée sur la laïcité, les religions et l’organisation de la société française traversée par des objets de discussions fortes et de contradictions, comme l’asile/immigration, la PMA et la GPA,