Mai 68 se situe au coeur des trente glorieuses, mai 2018 montre une société française fracturée par les nouvelles technologies et les transformations de la vie politique française. En 68 Macron n’était pas encore né et en 2017, il est élu Président de la République. Les étudiants contestataires de Nanterre en 1968, comme Romain Goupil devenu réalisateur, ainsi que Cohn-Bendit ancien leader du mouvement étudiant, sont des visiteurs du soir de Macron. La société française en 50 ans a changé. Sur le plan politique, l’idéologie contestataire de la société par les étudiants se traduit par une accommodation relative de celle-ci aux nouvelles technologies.

Les analyses marxistes, anarchistes, utopistes de 1968 et contestatrices de l’ordre conservateur sont remplacées par des idéologies consuméristes et individualistes combattues par les étudiants contestataires de l’époque. Sur le plan politique, le Général De Gaulle, arrivé au pouvoir en mai 1958, a été contesté par les caciques politiques comme Mitterrand ou Jean Lecanuet responsable des démocrates chrétiens. Le Parti communiste français, première force de gauche, était inféodé à l’URSS et des écrivains, comme Sartre, et des acteurs, comme Yves Montand, estimaient que l’impérialisme américain était trop visible au Vietnam et qu’il fallait le combattre.

Politisation réaliste ou utopiste de la société française en mai 68 ?

Cette politisation de la vie sociale a été volontairement entretenue dans la jeunesse au sein de laquelle des groupes formés majoritairement de lycéens et d’étudiants ont dénoncé la guerre du Vietnam et l’impérialisme américain.

Top vidéos du jour

Sur le plan social, mai 68 c’est le refus d’une société trop conservatrice, corsetée par le rôle du père et par un modèle familial au sein duquel le père dirige, la mère et les enfants obéissent. Ce modèle des années 50 assimilable à l’american way of life, a été contesté par la jeunesse qui a fait de mai 68 un moment lyrique et utopique d’une transformation importante de la vie politique et sociale en France. On connaît les slogans : il est interdit d’interdire, sous les pavés la plage, la vie est ailleurs, demandez l’impossible, élections pièges à cons.

Sur le plan politique, De Gaulle, dépassé par les événements, s’était rendu à Baden-Baden et a déclaré à son retour la dissolution de l’Assemblée nationale.

Sur le plan économique, les ouvriers et les étudiants font cause commune pour des raisons inverses dans une société parvenue au stade de la société de consommation. La grève générale et les occupations d’usines en 68 traduisent un ras le bol des ouvriers qui n’acceptent plus les recommandations de leurs dirigeants syndicaux.

Les étudiants venus défiler à Billancourt avaient rêvé d’une union sacrée entre intellectuels et ouvriers. On revoit a minima en 2018 ces mêmes scènes à Arcueil en 2018 entre des étudiants empêchant d’autres étudiants de passer des examens et les cheminots de la CGT les rejoindre pour contester l’ordre républicain.

La parole se libère en 2018, comme en 68, mais pas dans les mêmes conditions

En 2017 Macron a gagné les élections en anéantissant la plupart des partis politiques. Les révoltes sociales émergent en 2018 à la SNCF [VIDEO], chez les étudiants et dans quelques usines, mais ce n’est pas un mouvement de fond comme en 68, parce que la société a changé, l’époque des trente glorieuses a pris fin, la société s’est embourgeoisée, les individus, ouvriers, cadres ou patrons ont individuellement pris le pas sur le collectif. Le règne du chacun pour soi est devenue l’élément de référence de la société actuelle, les syndicats sont conspués et ceux qui restent, ne défendent plus que des intérêts corporatistes, alors qu’en mai 68 l’apport des syndicats était plus général au-delà de leurs intérêts propres.

Macron, contrairement au Général De Gaulle, n’a rien à craindre d’un basculement de la société dans la « chienlit ». En 68, les ouvriers ont obtenu des avancées importantes grâce aux accords de Grenelle et une quatrième semaine de congés payés. Avec les ordonnances Macron sur le travail, on assiste à un détricotage intelligent des conventions collectives et à l’émergence d’une gouvernance d’entreprise valorisant le rôle du patron. Les étudiants, malgré quelques revendications ici ou là, souhaitent entrer dans le monde du travail en réaffirmant leur individualisme, leur autonomie, des leitmotivs combattus en 68. L’arrivée du SIDA dans l’époque moderne a mis un frein à la libération sexuelle exubérante de 68. Celle, massive, des Femmes dans le monde du travail à partir des années 70 et leurs revendications actuelles (Balance ton porc) ont radicalement modifié la société.

Ainsi vont les bouleversements révolutionnaires et leurs changements dans la société française.