Publicité
Publicité

L'amour vit entre les couples et scelle assurément l'union de deux ou de plusieurs personnes. La Saint-Valentin en est l'élément fédérateur relié à cet échange commun entre ces individus qui expriment leurs sentiments à travers ce canal. Célébrée le 14 février, cette fête de l'amour qui a pourtant des origines occidentales prend de plus en plus de place en Afrique. Au Cameroun, cette déflagration affecte progressivement la population au point d'en créer discordes et déchirements. Moins valorisée il y a encore quelques années, cette euphorie émotionnelle s'est petit à petit rapprochée des habitudes des citoyens camerounais. Il n'est pas incongru d'apercevoir dans les rues bondées de Yaoundé ou de Douala, des cartes de vœux, des fleurs, ou des boites de chocolats en guise de présents.

Publicité

Les curieux et les sceptiques s'interrogent face à cette effervescence si visible des commerçants qui font même des promotions et des remises. "Chaque semaine qui précède le 14 février, moi je vends les cartes et les accessoires pour les amoureux. Cela fait 4 ans que je suis devant ce supermarché et chaque année, nos clients augmentant de plus belle. Nous avons les clients de tous les âges. Cela va des élèves aux adultes. Ici tout le monde trouve son compte", répond un vendeur à la sauvette installé devant un supermarché. Preuve que cette célébration devient une véritable preuve d'amour pour les habitants du Cameroun.

Une célébration parfois tronquée de l'amour

Face à autant de détermination et d'engouement liés aux multiples achats, une génération ne peux facilement en démordre.

Publicité

C'est celle des quinquagénaires ou des septuagénaires. Ne se sentant réellement pas en phase avec cette folie des achats, ceux-ci n'hésitent pas à se prononcer face à cette nouvelle lubie qui envahit la société.

"De notre époque, il suffisait simplement que tu adresses un courrier à ta bien-aimée ou ta promise. Parfois elle passait même inaperçue, car l'amour ne se mesure pas en une journée. On n'avait pas besoin de recourir à toute cette escroquerie. Est-ce une fête de chez nous ? Arrêtez ça !" a répondu un septuagénaire interrogé sur le sujet.

La Saint-Valentin au centre des concrétisations

Parfois reléguée au rang d'une fête aux accents de libertinages, cette journée du 14 février, démontre chez certains le vice de pouvoir se livrer à des pratiques peu orthodoxes.

Publicité

En effet, d'autres en font un point de ralliement afin de facilement pouvoir conclure après une longue attente sans résultats. "Le 14 février, avec ma compagne, on doit se prouver mutuellement que nous sommes un vrai couple. L'acte sexuel n'est pas exclu. C'est même là où il faut montrer son vrai amour" s'est exprimé un passant d'une vingtaine d'années, le sourire aux lèvres. Par ailleurs, cette fête demeure une journée de pardon et les couples peuvent se laisser aller et prouver leur amour sans contradictions. C'est également pour certains l'occasion de faire une demande en mariage.

Sachant que les origines de la Saint-Valentin viennent de l'époque du 3e siècle après Jésus Christ, comment comprendre son impact au Cameroun ? Le prête (Valentin) célébrant en cachette les mariages de soldats de l'empereur Romain Claude II avait-il prévu autant de dérives ? Toutefois, vivre sans amour n'est sans doute pas un idéal de vie car qui dit amour dit bonheur et prospérité. La Saint-Valentin, malgré ses appréhensions et ses doutes, peut véritablement être un hymne à l'amour comme le chantait si bien Édith Piaf.