La première saison de "Killing Eve", écrite par Phoebe Waller-Bridge, fut un véritable plaisir. Il y avait des chocs, du danger et des moments qui ont influencé le spectateur, et soudain, ce n'était plus aussi amusant. La première partie de la troisième saison conserve beaucoup des caractéristiques de l'original : jeux du chat et de la souris, obsession, meurtres de choc, intrigues et personnages défiant les genres. Mais est-ce aussi amusant à regarder ? Les scènes mettant en scène les deux Femmes, en particulier Villanelle ont toujours été plus mémorables mais nous aimions toujours regarder Eve, avec son humour noir et sa joyeuse bande d'espions, parce qu'ils s'amusaient aussi, et il était tentant de voir Eve se faire à l'idée qu'elle était très attirée par une femme assassin.

Eve et Villanelle, un changement extrême

Dans le premier épisode, nous apprenons qu'Eve (Sandra Oh) a survécu (sans surprise) mais qu'elle souffre toujours de la balle que Villanelle a tirée à Rome. Elle travaille maintenant dans un restaurant chinois, vit dans un appartement miteux aux murs fins et rend visite chaque semaine à son mari Nico, traumatisé, qui est en hôpital psychiatrique. La vie d'Eve est terne, maussade, vide sans Villanelle. Le seul moment de légèreté est une scène étrangement prémonitoire où Eve prend une photo d'un rouleau de papier toilette, la sous-titrant "je pense à toi" avant de l'envoyer par SMS à son ancien collègue Kenny. L'ancienne patronne d'Eve au MI6, Carolyn Martens, était auparavant toujours prête à faire des commentaires mordants ou à raconter des anecdotes sur ses anciennes escapades, mais au début de la troisième saison, elle est confrontée à des enquêtes au travail et elle a perdu son ancienne confiance.

Quand un bureaucrate du ministère des Affaires étrangères (Steve Pemberton) a commencé à la tapoter à plusieurs reprises, on s'attendait à ce que Carolyn (jouée par Fiona Shaw) le réduise en poussière avec une de ses blagues, mais elle n'a rien dit. La scène était insatisfaisante et ne correspondait pas au personnage.

Killing Eve, une saison qui ne séduit pas

Suite au départ de Phoebe, la dynamique a complètement changé. Après le changement radical de l'existence d'Eve qui semble ne plus avoir de sens, le plus gros changement tourne autour de la fameuse Villanelle. Tout ce qui s'est passé autour de Villanelle dans les deux premiers épisodes a un air vague de "avez-vous mieux aimé cette version de la série ?

Avez-vous aimé voir Villanelle se promener dans le beau Paris ?" Maintenant, elle est à Barcelone, avec une maison de luxe différente, commettant des meurtres originaux.

Elle porte tous les vêtements à la mode dans lesquels vous aimez la voir. Elle s'entraîne même à nouveau avec Konstantin. Il y a des signes de changements - elle a un nouveau manager, Dasha et elle travaille théoriquement pour une promotion. Il sera difficile de voir cela comme autre chose qu'une répétition de ce qui s'est passé à Paris. C'est comme si la série faisait tout son possible pour réinitialiser ce qui se passe avec elle. Villanelle est un personnage difficile à faire évoluer. A un certain niveau, elle ne peut pas trop évoluer, parce qu'elle sera toujours une sociopathe meurtrière.

La performance de Jodie Comer a toujours eu le poids de suggérer que Villanelle est capable de changer au lieu d'être simplement changeante.

Suivez la page Séries TV
Suivez
Suivez la page Femmes
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!