Dans le journal Le Monde du 19 décembre, la ministre de la Culture [VIDEO]a fait part de son intention de "combattre la ségrégation culturelle" afin de permettre aux jeunes adultes d'accéder à la culture, quelles que soient leurs appartenances socio-économiques.

C'est néanmoins le but affiché par Françoise Nyssen à travers cette annonce qui voit dans ce passe "un service public universel de la culture". Elle souhaite donc offrir une aide d'une valeur de 500 euros à tous les jeunes adultes qui auront 18 ans. Cette aide sera accessible à l'aide d'une application sur téléphone portable à partir de laquelle l’aide sera créditée par l'Etat.

Des tests seront effectués dans trois territoires français lors du premier semestre 2018. La #Ministre de la culture considère cette application comme une sorte de radar GPS dédié à la culture, qui permettra aux jeunes adultes d'avoir accès à des offres en ligne, notamment des offres de culture de proximité comme le fait de savoir à quel endroit on pourrait se procurer un livre qui nous intéresserait ou de trouver des cours de danse dans les environs. La ministre a évoqué un montant prévisionnel de financement à hauteur de 430 millions d'euros, mais elle est restée très floue sur sa nature et sa provenance. Elle a ainsi indiqué qu'elle souhaitait que les acteurs partenaires du passe contribueront à renflouer une partie de son financement, mais à ce jour rien n'a été décidé. Elle a ainsi annoncé que des discussions étaient toujours en vigueur sur ce sujet, ce qui rend cet effet d'annonce assez problématique et incertain quant à sa mise en circulation.

Un "passe culture" pour démocratiser l'accès à la culture

Cette mesure a déjà été appliquée en Italie, mais l'expérience s'est avérée assez décevante. Appliquée en octobre 2016, elle permet également aux jeunes de 18 ans d'obtenir une enveloppe de 500 euros afin qu'ils puissent effectuer des dépenses dans diverses activités liées à la culture comme le cinéma, le théâtre, les livres, etc. En un an, elle n'aura intéressé que 60% des jeunes concernés et il s'est avéré qu'un certain nombre de ceux qui avaient accédé à cette offre avaient réussi à contourner son mode de fonctionnement en échangeant le chèque perçu, avec la complicité de commerçants, contre une somme d'argent en liquide inférieure à sa valeur de 500 euros.

Il est prévu que le "passe culture" français soit applicable dès septembre 2018. Le flou de son financement ainsi que les possibilités de détournement de son application sont deux éléments qui peuvent sérieusement remettre en doute son utilité. #Françoise Nyssen