De "vifs désaccords d’orientation et de méthodes de gouvernance" avec Anne Hidalgo. C'est ainsi que le socialiste Bruno Julliard explique sa décision de démissionner de son poste de premier adjoint à la mairie de Paris ce lundi matin. Parmi les sujets qui cristallisent les tensions entre la première magistrate de la capitale et son bras droit, des "erreurs et manques de vigilance" concernant par exemple la gestion des Velib' et des Autolib', la piétonnisation précipitée de la rive droite de la Seine, ou la gratuité souhaitée des transports en commun alors que des investissements importants sont nécessaires pour l'entretien d'un réseau vieillissant.

Publicité

Bruno Julliard s'oppose également à l'armement de la police municipale.

"Je prends acte de la décision personnelle de Bruno Julliard de mettre fin à ses mandats d'élu. Je respecte son choix. Je le remercie pour le travail accompli pendant ces quatre années à nos côtés", a déclaré Anne Hidalgo sur son compte Twitter peu après l'annonce publique, dans les colonnes du quotidien Le Monde, de la démission de son premier adjoint. Pour le remplacer, elle a nommé Emmanuel Grégoire, qui était jusqu'ici chargé du budget de l'Hôtel de ville.