Nouvelles Technologies – Les crypto-monnaies : Des devises qui inquiètent ?

C’est sur le fabuleux univers du world wide web que nous utilisons ces crypto-monnaies. Elles permettent de garantir l’anonymat, notamment sur les plateformes du deep web lors des achats. Vous l’avez compris, il n’est surtout pas question de sortir la carte bancaire classique. Rattaché à votre compte bancaire, sous votre réelle identité, il serait alors facile de remonter à vous.

En revanche, cela n’est pas anonyme à 100%. En réalité, les crypto-monnaies peuvent être créés par tous. Ici, il n’y a pas besoin d’imprimer les billets et de permettre leurs utilisations.

C’est une succession d’algorithmes cryptés. Vous seul en détenez la clef. À chaque fois que vous échangerez des devises comme celles-ci, vous fournirez donc aussi la clef de cryptage. C’est de cette manière que l’autre utilisateur reçoit les fonds.

Seulement, lors de cet échange, vous échangerez aussi le « blockchain » de votre devise. Et c’est ce fameux « blockchain » qui sensibilise la question de l’anonymat dans l’utilisation des crypto-monnaies. C’est le livre de comptes de votre crypto-monnaie qui répertorie sur son propre réseau toutes les transactions effectuées. Autrement dit, il est possible de remonter jusqu’au premier achat. C’est cette faille d’anonymat qui pose le réel problème. Les crypto-monnaies ne cessent tout de même de prendre de l’ampleur au sein de l’économie mondiale actuelle.

Le bitcoin comme monnaie très répandue

Elle a beaucoup fait parler ces derniers temps. C’est la première crypto-monnaie officielle. Elle existe depuis 2009, et via un réseau Peer to Peer (P2P) où chaque acteur joue un rôle important sur l’évolution de la monnaie en bourse. Impossible d’échanger un faux bitcoin, ou encore de devoir renseigner son nom, son adresse et son établissement bancaire.

Pour tout investisseurs ces monnaies constituent aujourd’hui un actif numérique inégalable. 1200 crypto-monnaies existent, pour 6000 places de transfert. Sois près de 170 milliards de dollars détenus par les crypto-monnaies. Le bitcoin compose plus de la moitié d’entre eux et se place leader dans le domaine. Erethereum est la deuxième crypto-monnaie la plus répandue après le bitcoin. Elle ne représente que 10% de la somme totale.

De nombreuses inquiétudes se font entendre à ce propos. En effet, il s'agit d'un mécanisme financier qui ne peut être régi par aucune institution officielle.

À quand, l’achat de la baguette en Bitcoin ? [VIDEO]