L’inégalité salariale entre homme et femme s’aggrave en France. Du moins c’est ce que révèle cette date : le 3 novembre. Le 3 novembre, selon le Collectif féministe Les Glorieuses, à 11h44 très exactement, les Françaises commenceront à travailler gratuitement, en comparaison à leurs collègues masculins. ce qui est étonnant car l’année dernière, les femmes françaises pouvaient encore espérer gagner de l’argent jusqu’au 7 novembre.

Les inégalités salariales homme/femme se creusent

Comment expliquer un tel recul de l’égalité salariale en France ? En fait, on ne peut pas. On peut simplement, comme le fait Les Glorieuses, indiquer les causes de cette inégalité.

Par exemple, le fait que les tâches ménagères et l’éducation des enfants incombent encore beaucoup, par “internalisation des stéréotypes”, aux femmes. Rappelons en effet que les femmes sont les personnes les plus touchées par le Travail à temps partiel. 27% d’entre elles travaillent à temps partiel contre seulement 6% des hommes.

Ces chiffres sont principalement fournis par Eurostat, l’INSEE européen, et par l’Observatoire des inégalités. Il faut noter que ces deux agences ont des méthodes de calculs différentes. Par exemple, pour Eurostat, les femmes seraient payées en moyenne 15,8% de moins que les hommes en 2015. Alors que l’Observatoire des inégalités [VIDEO] chiffre cet écart aux alentours de 25%.

39 jours de travail bénévole pour les femmes

Les Glorieuses ont ensuite traduit ces chiffres en journées de travail ouvrées.

Cela représente plus de 39 jours de travail pendant lesquels les femmes travaillent bénévolement [VIDEO]. Pourtant, depuis 1972, il est inscrit dans la loi le principe de l'égale rémunération entre homme et femme. Il existe également de nombreux dispositifs pour assurer l'égalité professionnelle d'après le site du secrétariat d'Etat chargé de l'Egalité entre les hommes et les femmes.

Cette année, la désormais habituelle mobilisation des femmes pour protester contre l’inégalité salariale aura donc lieu le 3 novembre à partir de 11h44. L'année dernière, elle avait lieu quatre jours plus tard, le 7 novembre. Ce qui constitue une avancée des inégalités.

Toutes les femmes sont invitées à se joindre à la mobilisation en arrêtant de travailler à 11h44. A noter que cette année, elles auront une raison de plus de protester. Comme on l’a indiqué en début de cet article, non seulement elles sont moins payées que les hommes, mais elles le sont encore moins que l’année dernière.