Bagatelles pour un massacre, Les Beaux draps et l'Ecole des cadavres sont autant de titres de pamphlets de Louis-Ferdinand Céline, écrits entre 1937 et 1941, qui seront publiés en 2018 en France. Ils seront publiés en mai 2018 chez Gallimard. Le titre de ce recueil pourrait être le même que celui de la réédition canadienne de 2012 chez Editions 8, Ecrits polémiques. Cette réédition française sera préfacée par Pierre Assouline, romancier et journaliste littéraire notamment.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Mode

L'histoire est toujours de savoir si les textes polémiques et violents peuvent être compris au moment où ils sont republiés. Rappelons qu'en janvier 2016 la réédition du manifeste d'Hitler Mein Kampf avait connu de bonnes ventes.

Des dizaines de milliers d'exemplaires avaient été écoulés en un an. Mais comme le rappelle Le Figaro : "Le texte original d'Hitler a été assorti de 3.500 notes historiques explicatives afin d'éviter son utilisation à des fins de propagande nazie [...]".

L'oeuvre de Céline, auteur de Voyage au bout de la nuit (prix Renaudot en 1932), a circulé dans le monde. Il est devenu l'un des principaux écrivains français traduit et diffusé. Cependant, l'antisémitisme prégnant de celui qui a obtenu, la Croix de guerre et la Médaille militaire, entraîne instinctivement une sorte de rejet. Dans Les Beaux Draps, publié pendant l'Occupation allemande, il s'en prend également aux français pouvant être métissés.

Une réédition anticipée, mais inéluctable ?

Céline lui-même n'avait aucune envie de voir réapparaître ces écrits du temps de son vivant.

Top vidéos du jour

Sans l'aval de sa compagne, en premier lieu réfractaire à l'idée de voir resurgir ces pamphlets, les textes auraient dû attendre 2031 soit 70 ans après la mort de l'auteur qui tombera, à cette occasion, dans le domaine public. L'institut national de la propriété industrielle parle de "deux types de prérogatives" comprenant les "droits moraux" qui protègent l'auteur et des "droits patrimoniaux" qui "permettent d'interdire ou d'autoriser l'utilisation de [l']oeuvre et de percevoir, dans ce cas,une rémunération en contre-partie". Le site précise alors : "Le droit patrimonial dure jusqu'à 70 ans après la mort de l'auteur ou après la divulgation si l'oeuvre appartient à une personne morale (société, association)."

Les textes de celui qui se considérait comme "l'ennemi n°1 des Juifs" seront probablement complétés par d'autres moins virulents comme Hommage à Zola ou Mea Culpa chez Gallimard.