Dans la nuit du 26 au 27 août 2017, aux alentours de 3h00 du matin, la petite Maëlys de Araujo disparaît d'une fête de mariage dans le village de Pont-de-Beauvoisin en Isère . Malgré une mobilisation immédiate de la gendarmerie, des proches et des habitants, la fillette de 9 ans demeure introuvable. Cependant, plusieurs événements troublants incitent les enquêteurs à soupçonner un homme, Nordhal Lelandais. Outre son comportement étrange lors de la Disparition de Maëlys dans la salle des fêtes (l'homme ne paraissait pas impliqué pour aider aux recherches), l'ancien militaire s'est absenté plusieurs fois dans la soirée, en plus d'avoir pris le soin de se changer et de couper son téléphone portable à plusieurs reprises.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

Pire encore, l'homme a nettoyé méticuleusement sa voiture au détergent dès le lendemain. Pour les gendarmes, cette série de circonstances troubles font de Nordhal Lelandais le suspect numéro un dans la disparition de Maëlys.

Un dossier brûlant qui a pris, depuis quelques jours, une incroyable tournure.

L'ADN a parlé

Si les enquêteurs n'avaient pas d'éléments à charge, malgré les lourds soupçons qui pesaient sur Nordal Lelandais, pour le maintenir en garde à vue, ils ont tout de même réquisitionné sa voiture. Et là, l'enquête bascule ! Les experts de la police scientifiques retrouvent une trace d'ADN de la petite Maëlys sur le tableau de bord, alors que le principal suspect n'a jamais évoqué le fait qu'elle soit montée dans son véhicule. Dans son récit, la rencontre avec la fillette dans la soirée s'est limité à quelques échanges de paroles. Par conséquent, cette dernière découverte décrédibilise totalement la version de Nordhal Lelandais. L'étau se resserre autour de l'homme à la personnalité inquiétante qui sera immédiatement arrêté, puis mis en examen pour "enlèvement et séquestration".

Jusqu'à ce jour, Nordhal, qui attend son jugement depuis sa cellule à Grenoble, a toujours clamé son innocence.

Nordhal Lelandais passe aux aveux

Coup de tonnerre ce 14 février 2018 ! Confronté à des prélèvements ADN, Nordhal Lelandais est passé aux aveux. A l'origine de ce rebondissement spectaculaire, le travail des experts scientifiques : après des mois d'analyses, ils ont enfin trouvé la preuve indiscutable qu'ils recherchaient. Grâce à une goutte de sang de taille microscopique retrouvé dans son véhicule sous le tapis du coffre, l'enquête a basculé. Les gendarmes ont littéralement désossé l'Audi A3 du suspect, puis à l'aide d'appareils modernes et de gros microscopes, ils ont fouillé chaque objet centimètre carré par centimètre carré. Après analyse, il s'agit bien du sang de la petite Maëlys.

N'ayant plus aucun échappatoire, Nordhal Lelandais accuse le coup. Acculé, il demande aussitôt de rencontrer le juge pour passer aux aveux. L'homme de 34 ans explique que c'est bien lui qui a tué l'enfant pendant la fête de mariage.

Il a d'abord déposé le corps sans vie de Maëlys près de son domicile avant de retourner dans la salle des fêtes, puis l'aurait abandonné quelques heures plus tard dans un ravin. En revanche, il confie qu'il n'avait pas l'intention de tuer la fillette. Si la mort de Maëlys est "accidentelle" comme il l'affirme, Nordhal Lelandais n'a pas souhaité s'expliquer sur les circonstances de sa mort... Les chiens des policiers ont effectivement retrouvé les ossements de Maëlys à l'endroit indiqué.

Nordhal Lelandais en dépression "post-aveux"

Depuis vendredi dernier, le principal suspect du meurtre de Maëlys a été admis dans une unité spécialisée pour les détenus à risque suicidaire à l'hôpital du Vinatier à Bron (Rhône). Après six mois de silence et de dénégations, l'ancien maître-chien a demandé à être hospitalisé à cause de "crises d'angoisse" à répétitions et "par précaution" selon son avocat Me Alain Jakubowicz. La libération de ses mensonges l'a plongé dans une sérieuse "décompensation" et la justice voudrait éviter toute tentative de suicide du principal suspect de l'affaire Maëlys, mais aussi de l'assassinat du caporal Arthur Noyer en avril 2017 [VIDEO]. Il n'est pas exclu que les juges d'instruction, qui ont prévu une audition avec Nordhal Lelandais jeudi prochain, se rendent directement à l'hôpital pour l'entendre.